Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 628,57
    -42,77 (-0,56 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 907,30
    -40,43 (-0,82 %)
     
  • Dow Jones

    39 150,33
    +15,57 (+0,04 %)
     
  • EUR/USD

    1,0697
    -0,0009 (-0,09 %)
     
  • Gold future

    2 334,70
    -34,30 (-1,45 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 095,07
    -42,77 (-0,07 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 324,64
    -35,69 (-2,62 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,59
    -0,70 (-0,86 %)
     
  • DAX

    18 163,52
    -90,66 (-0,50 %)
     
  • FTSE 100

    8 237,72
    -34,74 (-0,42 %)
     
  • Nasdaq

    17 689,36
    -32,23 (-0,18 %)
     
  • S&P 500

    5 464,62
    -8,55 (-0,16 %)
     
  • Nikkei 225

    38 596,47
    -36,55 (-0,09 %)
     
  • HANG SENG

    18 028,52
    -306,80 (-1,67 %)
     
  • GBP/USD

    1,2650
    -0,0010 (-0,08 %)
     

Guerre en Ukraine : 500 Américains dont Barack Obama interdits d'entrée sur le territoire russe

Mark Makela / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP

Cette interdiction a été annoncée par le ministère des Affaires étrangères "en réponse aux sanctions anti-russes".

La réponse de Moscou aux nouvelles sanctions américaines annoncées ce vendredi en parallèle du G7 n'a pas tardé. La Russie a annoncé interdire l'entrée sur son territoire de 500 Américains, dont l'ancien président Barack Obama.

"En réponse aux sanctions anti-russes, régulièrement imposées par l'administration Biden (...) l'entrée en Fédération de Russie est fermée à 500 Américains", a indiqué le ministère des Affaires étrangères.

L'année dernière, Moscou avait déjà pris ce type de mesure contre près d'un millier de citoyens américains, à commencer par Joe Biden. La liste comportait également les noms de Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook, et de l'acteur Morgan Freeman.

Visite prohibée

Le ministère des Affaires étrangères russe a par ailleurs de nouveau interdit une visite consulaire au journaliste américain détenu Evan Gershkovich, arguant que Washington n'avait pas délivré de visas à certains journalistes russes en avril.

PUBLICITÉ

"La demande de l'ambassade des États-Unis à Moscou concernant une visite consulaire au journaliste Evan Gershkovich, qui a été arrêté pour espionnage, est à nouveau rejetée en réponse au refus de délivrer des visas aux journalistes russes accompagnant le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov", a justifié le ministère.

Des exportations américaines interdites

Plus tôt dans la journée, les Etats-Unis ont annoncé un nouveau train de mesures visant Moscou. Elles doivent permettre "de limiter la capacité du (président russe Vladimir) Poutine de poursuivre son invasion barbare (...) et de contourner les sanctions" déjà en place, a déclaré la secrétaire au Trésor, Janet Yellen, citée dans un communiqué.

Concrètement, elles placent "plus de 300" personnes, entreprises, navires et avions, à travers l'Europe, le Moyen-Orient et l'Asie, sur la liste noire des Etats-Unis, selon des communiqués du département du Trésor et du département d'Etat. Elles interdisent ainsi les exportations américaines vers 70 entités en Russie et dans d'autres pays.

Les nouvelles mesures incluent des restrictions sur les exportations de biens essentiels pour la Russie sur le champ de bataille, comme les composants utilisés dans la fabrication des drones de reconnaissance russes Orlan. Elles visent aussi des réseaux en Inde, en Finlande, en Estonie, au Liechtenstein et aux Pays-Bas.

Dans le secteur énergétique, les Etats-Unis frappent 18 entités y compris dans la construction navale et la recherche et l'exploration énergétique dans l'Arctique russe.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Avant le sommet du G7, les États-Unis annoncent de nouvelles sanctions contre la Russie