La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 965,88
    -57,92 (-0,82 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 136,91
    -48,06 (-1,15 %)
     
  • Dow Jones

    34 725,47
    +564,69 (+1,65 %)
     
  • EUR/USD

    1,1152
    +0,0005 (+0,04 %)
     
  • Gold future

    1 792,30
    -2,70 (-0,15 %)
     
  • BTC-EUR

    33 769,72
    +520,61 (+1,57 %)
     
  • CMC Crypto 200

    863,83
    +21,37 (+2,54 %)
     
  • Pétrole WTI

    87,29
    +0,68 (+0,79 %)
     
  • DAX

    15 318,95
    -205,32 (-1,32 %)
     
  • FTSE 100

    7 466,07
    -88,24 (-1,17 %)
     
  • Nasdaq

    13 770,57
    +417,79 (+3,13 %)
     
  • S&P 500

    4 431,85
    +105,34 (+2,43 %)
     
  • Nikkei 225

    26 717,34
    +547,04 (+2,09 %)
     
  • HANG SENG

    23 550,08
    -256,92 (-1,08 %)
     
  • GBP/USD

    1,3401
    +0,0019 (+0,14 %)
     

Guerre de tranchées à droite pour le second tour

·2 min de lecture

SONDAGE EXCLUSIF - Le match est serré entre Valérie Pécresse, Eric Zemmour et Marine Le Pen pour accéder au second tour. La candidate LR dispose d'un atout de taille: elle est la seule à s'approcher des 50% fatidiques dans un éventuel duel face à Emmanuel Macron, selon notre baromètre Harris Interactive.

A trois mois de l’élection suprême, le suspense reste entier sur l’affiche du second tour. Si Emmanuel Macron fait toujours la course en tête, avec 25% des intentions de vote, la concurrence est rude pour la deuxième place. Depuis un mois, Valérie Pécresse, Marine Le Pen et Eric Zemmour oscillent entre 15 et 17% des intentions de vote, selon notre baromètre Harris Interactive. Et aucun ne parvient réellement à se détacher. Après une nette percée au lendemain de la primaire des Républicains, la présidente du conseil régional d’Île-de-France voit sa cote stagner. L’ex-chroniqueur du Figaro n’a pas retrouvé son niveau record de la mi-novembre. Quant à la candidate du Rassemblement national, elle ne s’est jamais vraiment remise de l’irruption d’Eric Zemmour.

Les trois candidats se démènent pourtant pour installer le match avec le chef de l’Etat. "Mon adversaire c’est Macron, mon objectif c’est de battre Macron", a lâché Marine Le Pen, le 9 janvier à Perpignan. Le 10 janvier, , Valérie Pécresse a évoqué la politique de sécurité à Argenteuil, au moment même où Emmanuel Macron défendait son bilan en la matière à Nice. Le même jour, lors de ses vœux à la presse, Eric Zemmour en traitant le président d’"illustre emmerdeur". Las, ce sont autant de coups d’épée dans l’eau. "Chacun parle dans son couloir, mais aucun ne capte réellement l’attention des Français, observe Jean-Daniel Lévy, directeur délégué d’Harris Interactive. Ils ne parviennent pas à lancer la mesure phare ou le sujet qui polarisera les débats."

Les électeurs fillonistes dans le viseur

Il faut dire que tous se battent sur le même terrain –les sujets régaliens, l’immigration, la critique de l’Europe– avec pour objectif de draguer les électeurs qui avaient voté François Fillon en 2017. Eric Zemmour en séduit 24%, qu’il a largement chipés à Marine Le Pen à la fin de l’été, tandis que Valérie Pécresse en attire 53%, toute auréolée de sa désignation comme candidate officielle de la droite. Mais, depuis, les positi[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles