Publicité
La bourse ferme dans 4 h 59 min
  • CAC 40

    7 495,47
    -7,80 (-0,10 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 846,82
    +7,68 (+0,16 %)
     
  • Dow Jones

    38 589,16
    -57,94 (-0,15 %)
     
  • EUR/USD

    1,0705
    -0,0003 (-0,03 %)
     
  • Gold future

    2 337,00
    -12,10 (-0,52 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 281,65
    -719,70 (-1,16 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 359,36
    -28,80 (-2,08 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,28
    -0,17 (-0,22 %)
     
  • DAX

    17 996,90
    -5,12 (-0,03 %)
     
  • FTSE 100

    8 128,72
    -18,14 (-0,22 %)
     
  • Nasdaq

    17 688,88
    +21,28 (+0,12 %)
     
  • S&P 500

    5 431,60
    -2,14 (-0,04 %)
     
  • Nikkei 225

    38 102,44
    -712,12 (-1,83 %)
     
  • HANG SENG

    17 936,12
    -5,66 (-0,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,2661
    -0,0025 (-0,20 %)
     

La guerre pour les talents de l’IA s’intensifie

AFP / JASON REDMOND

Les grandes entreprises technologiques se démènent pour combler les lacunes alors que la fuite des cerveaux s’installe. Une véritable bataille pour attirer les chercheurs vedettes capables de comprendre et de construire des modèles de pointe.

Depuis le début de l’année, le fabricant de chatGPT, le chatbot d’intelligence artificielle à succès, a perdu une douzaine de chercheurs de haut niveau. Le plus grand nom est celui d’Ilya Sutskever, cofondateur à l’origine de nombreuses percées de la start-up, qui a annoncé sa démission le 14 mai. Il n’a pas donné de raison, mais beaucoup soupçonnent qu’elle est liée à sa tentative d’évincer Sam Altman (photo), le patron de l’entreprise, en décembre dernier. Quelle que soit la motivation, l’exode n’est pas inhabituel chez OpenAI. Selon une estimation, sur la centaine d’experts en IA que l’entreprise a embauchés depuis 2016, environ la moitié sont partis.

Cela reflète non pas le leadership de M. Altman, mais une tendance plus large dans l’industrie technologique, une tendance qu’OpenAI a elle-même précipitée. Depuis le lancement de chatGPT en novembre 2022, le marché du travail dans l’IA a été transformé. Zeki Research, une société d’intelligence économique, estime qu’environ 20 000 entreprises occidentales recrutent des experts en IA. Les progrès rapides dans le domaine de l’apprentissage automatique et le potentiel d’un « changement de plateforme » - en langage technique, la création d’une toute nouvelle couche de technologie - ont modifié les types de compétences demandées par les employeurs et les endroits où ceux qui les possèdent vont s’installer. Il en résulte un marché où les talents de l’IA, autrefois concentrés chez les géants de la technologie, sont de plus en plus distribués.

Un marché des talents modifié par l’IA

Les géants de la technologie tels que Microsoft et Google licencient peut-être des non-ingénieurs, mais ils recherchent des chercheurs vedettes capables de comprendre et de construire des modèles de pointe. Certains sont embauchés sans entretien, voire en équipes entières. En mars, Microsoft a recruté la majeure partie du personnel d’Inflection ai, une start-up qui élabore des modèles de pointe, y compris son cofondateur, Mustafa Suleyman - une déc[...]

PUBLICITÉ

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi