La bourse est fermée

Guerre commerciale : Pékin envisagerait de dévaluer le yuan face aux Etats-Unis

Guerre commerciale : Pékin envisagerait de dévaluer le yuan face aux Etats-Unis

Les déclarations d'amitié de Donald Trump sur Twitter (Francfort: A1W6XZ - actualité) n'y changent rien !... Pékin ne semble pas vouloir lâcher du lest dans le bras de fer qui l'oppose à Washington. La Chine juge impossible de mener des négociations commerciales bilatérales avec les Etats-Unis (Shenzhen: 000938.SZ - actualité) dans les circonstances actuelles, a déclaré lundi le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Geng Shuang.

Il a imputé aux Etats-Unis la responsabilité des tensions commerciales entre les deux pays et ajouté que les mesures prises par l'administration de Donald Trump préoccupaient l'ensemble de la communauté internationale.

Le président américain a dévoilé le 22 mars dernier un ensemble de mesures commerciales contre la Chine, ce qui a entraîné dans les heures suivantes une réponse ferme de Pékin. Depuis, les deux pays menacent mutuellement de s'imposer des droits de douane sur des produits représentant des dizaines de milliards de dollars.

Un cran au-dessus

Pékin pourrait même aller plus loin. Selon les informations de Bloomberg lundi, les autorités envisageraient de faire pression sur les Etats-Unis en dépréciant leur monnaie, le yuan.

Des responsables chinois seraient en train de procéder à une analyse en deux temps des effets d'une telle dépréciation, ce qui ne signifie pas que les autorités vont procéder à une dévaluation de la devise chinoise, qui nécessiterait le feu vert des plus hauts dirigeants du pays, écrit Bloomberg.

Levier à suivre

Le premier volet de cette analyse porte sur l'utilisation du taux de change comme levier dans les négociations avec les Etats-Unis. Le deuxième examine les effets d'une dépréciation du yuan.

Le yuan a pris 9% face au dollar depuis que Donald Trump est à la Maison blanche, alors que la croissance chinoise se stabilise, que le gouvernement a réussi à enrayer les sorties de capitaux et que les craintes de crise du crédit se sont estompées. Le yuan a même ...