La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 073,35
    +190,02 (+3,23 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 533,17
    +96,88 (+2,82 %)
     
  • Dow Jones

    31 500,68
    +823,32 (+2,68 %)
     
  • EUR/USD

    1,0559
    +0,0034 (+0,33 %)
     
  • Gold future

    1 828,10
    -1,70 (-0,09 %)
     
  • BTC-EUR

    20 273,69
    +76,82 (+0,38 %)
     
  • CMC Crypto 200

    462,12
    +8,22 (+1,81 %)
     
  • Pétrole WTI

    107,06
    +2,79 (+2,68 %)
     
  • DAX

    13 118,13
    +205,54 (+1,59 %)
     
  • FTSE 100

    7 208,81
    +188,36 (+2,68 %)
     
  • Nasdaq

    11 607,62
    +375,43 (+3,34 %)
     
  • S&P 500

    3 911,74
    +116,01 (+3,06 %)
     
  • Nikkei 225

    26 491,97
    +320,72 (+1,23 %)
     
  • HANG SENG

    21 719,06
    +445,19 (+2,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,2270
    +0,0009 (+0,07 %)
     

Comment la guerre a étouffé la première "mondialisation" de 1870-1913

Au début du XXe, les Britanniques se nourrissaient déjà de blé canadien, de bœuf argentin et d'agneau néo-zélandais. Puis la géopolitique - guerres, montée du totalitarisme et du protectionnisme - a en grande partie étouffé cette première vague de mondialisation.

Si la crise énergétique monopolise les esprits depuis l'invasion de l'Ukraine, il en existe une autre, énorme, d'approvisionnement alimentaire (lire aussi p. 22). Et elle frappe beaucoup plus durement les pays pauvres, où une part bien plus grande des dépenses des ménages est consacrée à la nourriture. Qu'y a-t-il derrière cette crise alimentaire, symbolisée par l'augmentation des prix du blé (voir graphique)?

Une partie de la réponse est évidente: l'Ukraine est habituellement un exportateur agricole majeur, mais il est difficile de continuer à jouer ce rôle quand la Russie bombarde vos lignes ferroviaires et bloque vos ports. Mais cette explication ne suffit pas. La Russie a suspendu une grande partie de ses propres exportations de céréales, apparemment pour tenter de contenir les prix du marché national.

Troisième exportateur de la région, le Kazakhstan a fait de même.

Et puis, il y a les engrais: sa production moderne est très gourmande en énergie. La Russie en était le plus gros exportateur mondial, ce qui n'est plus le cas depuis la guerre. La Chine - autre gros producteur - a aussi réduit drastiquement ses exportations.

Tout cela ébranle l'agriculture et nous enseigne l'importance du lien entre géopolitique et mondialisation.

Beaucoup imaginent ce processus comme relativement récent, mais les historiens savent bien qu'une première forme de mondialisation a vu le jour entre 1870 et 1913.

Au début du XXe, les Britanniques se nourrissaient déjà de blé canadien, de bœuf argentin et d'agneau néo-zélandais. Puis la géopolitique - guerres, montée du totalitarisme et du protectionnisme - a en grande partie étouffé cette première vague de mondialisation. Le commerce ne s'est rétabli qu'avec l'instauration, après la guerre, de la Pax Americana, et il a fallu près de quarante ans pour que les échanges mondiaux retrouvent leurs niveaux de 1913. Certes, cette première vague de mondialisation était relativement rudimentaire: s'échangeaient essentiellement des produits manuf[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles