La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 140,24
    +227,80 (+0,67 %)
     
  • Nasdaq

    13 099,99
    -28,06 (-0,21 %)
     
  • Nikkei 225

    28 868,91
    -2,87 (-0,01 %)
     
  • EUR/USD

    1,0179
    +0,0014 (+0,14 %)
     
  • HANG SENG

    19 830,52
    -210,34 (-1,05 %)
     
  • BTC-EUR

    23 450,15
    -463,42 (-1,94 %)
     
  • CMC Crypto 200

    568,17
    -3,74 (-0,65 %)
     
  • S&P 500

    4 304,85
    +7,71 (+0,18 %)
     

Le ministre des Outre-mer va rencontrer l'intersyndicale à Pointe-à-Pitre

·2 min de lecture

Le ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu est arrivé dimanche en Guadeloupe, secouée par une grave crise sociale comme la Martinique voisine, montrant "fermeté" et "volonté de dialogue" avec l'intersyndicale qu'il rencontrera ce lundi 29 novembre.

Le ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu est arrivé dimanche en Guadeloupe, , montrant "fermeté" et "volonté de dialogue" avec l'intersyndicale qu'il rencontrera lundi.

Le ministre a atterri à Pointe-à-Pitre en milieu d'après-midi et , violences et pillages depuis une semaine. La nuit de samedi à dimanche a cependant été plus calme dans les deux îles distantes de 120 km.

Né du refus de et pompiers, le mouvement s'est étendu à des revendications politiques et sociales, notamment contre la vie chère, dans ces îles françaises des Caraïbes au fort taux de chômage, en particulier chez les jeunes. M. Lecornu a indiqué lors d'une adresse aux médias à Baie-Mahault, sans répondre aux questions, qu'il rencontrerait lundi matin à la sous-préfecture de Guadeloupe, à Pointe-à-Pitre, "une dizaine de personnes" issues de l'intersyndicale, "pour échanger sur les revendications sanitaires."

Il a répété que l'obligation vaccinale, repoussée au 31 décembre, ne serait pas levée: "les lois de la République ont vocation à s'appliquer" dans les Antilles françaises. "Je ne suis pas venu ici pour incarner un Etat faible, mais (je suis venu pour incarner) aussi évidemment un Etat qui dialogue" a ajouté Sébstien Lecornu, précisant que "la main (était) tendue, néanmoins ça reste une main de fermeté."

Selon Max Evariste, du syndicat FO, l'intersyndicale "ne peut pas imaginer qu'il y aura des décisions de prises (lors de la visite), puisqu'il ne vient qu'une journée". L'intersyndicale souhaite que "l'ensemble" des organisations participent à la réunion et réclame des "vraies négociations", la "réintégration des personnes suspendues" avec tous leurs droits, mais également la "libération de tous ceux qui ont été condamnés" après les violences. Cette dernière demande a "plus que choqué" le ministre des Outre-mer, qui a répété que les personnels rétifs à la vaccination seraient accompagnés pour "créer les conditions de leur mobilité professionnelle." Ces négociations doivent débuter lundi.

L'aut[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles