La bourse ferme dans 4 h 20 min
  • CAC 40

    6 497,09
    -27,35 (-0,42 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 728,22
    -29,00 (-0,77 %)
     
  • Dow Jones

    32 832,54
    +29,04 (+0,09 %)
     
  • EUR/USD

    1,0228
    +0,0033 (+0,33 %)
     
  • Gold future

    1 807,40
    +2,20 (+0,12 %)
     
  • BTC-EUR

    22 878,79
    -801,55 (-3,38 %)
     
  • CMC Crypto 200

    543,83
    +0,95 (+0,18 %)
     
  • Pétrole WTI

    91,68
    +0,92 (+1,01 %)
     
  • DAX

    13 563,31
    -124,38 (-0,91 %)
     
  • FTSE 100

    7 481,30
    -1,07 (-0,01 %)
     
  • Nasdaq

    12 644,46
    -13,14 (-0,10 %)
     
  • S&P 500

    4 140,06
    -5,13 (-0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    27 999,96
    -249,28 (-0,88 %)
     
  • HANG SENG

    20 003,44
    -42,33 (-0,21 %)
     
  • GBP/USD

    1,2106
    +0,0025 (+0,21 %)
     

En Guadeloupe, dialogue de sourd entre l'intersyndicale et Lecornu

·1 min de lecture

Des discussions stoppées à peine entamées : le ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu n'a rencontré que brièvement lundi l'intersyndicale en Guadeloupe, secouée par une violente crise sociale comme la Martinique voisine où il doit poursuivre sa mission mardi. Accompagnés en musique par des dizaines de militants jusqu'aux portes de la sous préfecture gardée par de nombreux gendarmes mobiles, quatre représentants de l'intersyndicale ont demandé au ministre de pouvoir venir négocier à 30 avec une liste de revendications très large qui va de l'annulation de l'obligation sanitaire, en passant par l'embauche massive de jeunes.

"Il n'est pas venu pour négocier"

Mais comme l'avait déjà prévenu Sébastien Lecornu, pas question de recevoir autant de monde. Et le ministre des Outre-mer n'a pas cédé. Alors à la sortie de la sous-préfecture, Maïté Hubert-M'Toumo, de l'UGTG, l'Union générale des travailleurs de Guadeloupe, ne cache pas sa colère au micro d'Europe 1. "Contrairement à ce qu'il essaie de faire croire, il [Sébastien Lecornu] n'est pas venu pour négocier. Avec le rapport de force qu'on a réussi à mettre en place, il est enfin venu en Guadeloupe, mais pas pour négocier."

>> LIRE AUSSI - Guadeloupe : l'autonomie de l'île s'invite dans les manifestations contre l'obligation vaccinale

 

Et de poursuivre : "On appelle à renforcer les piquets de grève populaire, à renforcer les piquets de grève dans les entreprises, à renforcer la mobilisation jusqu'au bout. Et quand il sera pr...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles