La bourse ferme dans 2 h 16 min
  • CAC 40

    6 313,00
    +25,93 (+0,41 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 035,52
    +2,53 (+0,06 %)
     
  • Dow Jones

    34 200,67
    +164,67 (+0,48 %)
     
  • EUR/USD

    1,2039
    +0,0059 (+0,49 %)
     
  • Gold future

    1 773,60
    -6,60 (-0,37 %)
     
  • BTC-EUR

    46 895,83
    +1 755,36 (+3,89 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 282,94
    -108,77 (-7,82 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,29
    +0,16 (+0,25 %)
     
  • DAX

    15 439,71
    -20,04 (-0,13 %)
     
  • FTSE 100

    7 013,52
    -6,01 (-0,09 %)
     
  • Nasdaq

    14 052,34
    +13,54 (+0,10 %)
     
  • S&P 500

    4 185,47
    +15,05 (+0,36 %)
     
  • Nikkei 225

    29 685,37
    +2,00 (+0,01 %)
     
  • HANG SENG

    29 106,15
    +136,44 (+0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,3953
    +0,0114 (+0,82 %)
     

Guadeloupe : au moins 2.000 manifestants dans la rue contre les effets de la crise sanitaire

·1 min de lecture

Entre 2.000 et 3.000 manifestants, selon les organisateurs, ont défilé samedi dans les rues de Pointe-à-Pitre, en Guadeloupe, à l'appel de 11 syndicats, pour protester notamment contre les licenciements annoncés par les entreprises à cause de la crise sanitaire. Masquées ou non, les manifestants ont défilé dans les rues pontoises, parfois au son des chachas (percussion caribéenne), pour exprimer leur colère. Crise sanitaire, licenciements, respect de conventions collectives, demande de titularisations, port du masque obligatoire pour les enfants à l’école dès 6 ans ou scandale de la chlordécone : cette grande marche a cristallisé de nombreux griefs exprimés depuis plusieurs semaines, voire plusieurs mois en Guadeloupe.

>> EN DIRECT - Coronavirus : suivez l’évolution de la situation dimanche 7 mars

Le port obligatoire du masque dès 6 ans aussi critiqué

"Des embauches pour tous!", pouvait-on ainsi lire, ou "sablyè en grève" en référence à une grève des agents des sablières de Guadeloupe qui dure depuis près de quatre mois. "Enfants en danger" ou "non à l’asphyxie" avaient de leur côté écrit des parents d’élèves opposés au port obligatoire du masque dès 6 ans, entré en vigueur lundi en Guadeloupe. Un collectif de parents a ainsi revendiqué plusieurs blocages et opérations escargots sur les routes de l’archipel depuis une semaine.

>> LIRE AUSSICovid-19 : en Guadeloupe, la crainte d’une troisième vague grandit

Une situation "extrêmement difficile, à tous les niveaux...


Lire la suite sur Europe1