La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 094,97
    -202,76 (-0,59 %)
     
  • Nasdaq

    13 521,39
    -17,91 (-0,13 %)
     
  • Nikkei 225

    27 011,33
    -120,01 (-0,44 %)
     
  • EUR/USD

    1,1242
    -0,0064 (-0,56 %)
     
  • HANG SENG

    24 289,90
    +46,29 (+0,19 %)
     
  • BTC-EUR

    33 058,34
    -26,07 (-0,08 %)
     
  • CMC Crypto 200

    849,62
    -6,19 (-0,72 %)
     
  • S&P 500

    4 340,85
    -15,60 (-0,36 %)
     

Les groupes alimentaires français s’implantent de plus en plus hors d’Europe

·2 min de lecture

INFOGRAPHIE – Selon l’Insee, les groupes multinationaux français ont poursuivi leur développement international, en particulier en dehors de l’Europe, entre 2011 et 2018.

"Déléguer notre alimentation (…) à d'autres est une folie." C'était au tout début de la crise sanitaire, le 12 mars 2020. Emmanuel Macron relançait le débat de la dans des activités stratégiques. Essentielles, les industries alimentaires le sont assurément et cela leur a permis d'être relativement épargnées lors de cette crise, rappelle l'Insee dans une note publiée ce jeudi. En 2020, leur production s'est maintenue à 140 milliards, légèrement en baisse de 2,3% certes, mais un bien meilleur résultat que les -12,5% enregistrés par l'ensemble de l'industrie manufacturière. Mais ce que révèle surtout cette étude de l'Insee, c'est l'internationalisation importante du secteur avant que cette crise ne frappe. Notamment à travers les (produits laitiers par exemple).

Car l'industrie alimentaire, c'est certes, une écrasante majorité de très petites structures: "95% des entreprises du secteur sont constituées d'une seule entité légale, pointe l'Insee. Et 90% d'entre elles ont moins de 10 salariés." En boulangerie-pâtisserie, notamment. Et les 5% d'entreprises restantes? Des groupes nationaux principalement mais aussi des groupes étrangers et ces fameux groupes français multinationaux. On ne compte 164, soit 0,3% à peine des entreprises du secteur mais ils pèsent à eux seuls 65% du chiffre d'affaires, 41% des effectifs, 47% de la valeur ajoutée…

Dynamisme des filiales à l'étranger

Et pour se développer, ces groupes se sont massivement implantés à l'étranger, et notamment sur la partie production. Ainsi les principaux groupes multinationaux français des industries alimentaires possédaient en 2018 1.378 filiales en France –dont 405 sont des filiales productives alimentaires- pour 1.148 filiales à l'étranger –dont… 897 de filiales productives alimentaires. Sans surprise, le chiffre d'affaires généré dans ces filiales productives à l'étranger est supérieur à celui réalisé par celles en France (60 milliards contre 47) et les effectifs y sont plus nombreux.

précise en s'appuyant su[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles