La bourse ferme dans 7 h 46 min
  • CAC 40

    6 251,05
    +16,91 (+0,27 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 005,44
    +12,01 (+0,30 %)
     
  • Dow Jones

    34 035,99
    +305,10 (+0,90 %)
     
  • EUR/USD

    1,1973
    -0,0003 (-0,02 %)
     
  • Gold future

    1 763,20
    -3,60 (-0,20 %)
     
  • BTC-EUR

    51 549,94
    -1 530,23 (-2,88 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 371,18
    -9,77 (-0,71 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,57
    +0,11 (+0,17 %)
     
  • DAX

    15 330,94
    +75,61 (+0,50 %)
     
  • FTSE 100

    7 016,05
    +32,55 (+0,47 %)
     
  • Nasdaq

    14 038,76
    +180,92 (+1,31 %)
     
  • S&P 500

    4 170,42
    +45,76 (+1,11 %)
     
  • Nikkei 225

    29 683,37
    +40,68 (+0,14 %)
     
  • HANG SENG

    29 020,79
    +227,65 (+0,79 %)
     
  • GBP/USD

    1,3736
    -0,0049 (-0,35 %)
     

Le groupe d'extrême droite Génération identitaire dissous en Conseil des ministres, annonce Gérald Darmanin

franceinfo
·1 min de lecture

Clap de fin pour Génération identitaire. Le groupe d'extrême droite a été dissous en Conseil des ministres, mercredi 3 mars, a annoncé le ministre de l'Intérieur. Le groupuscule "incite à la discrimination, la haine et la violence", a précisé Gérald Darmanin dans un tweet. Créé en 2012, Génération identitaire, dont le siège historique est installé à Lyon, revendique 2 800 adhérents mais le nombre de ses militants et sympathisants est plutôt estimé par les spécialistes à 800 tout au plus.

"Cette association et certains de ses militants doivent être regardés comme tenant un discours de haine incitant à la discrimination ou à la violence envers des individus en raison de leur origine, de leur race et de leur religion" et, "par sa forme et son organisation militaires", Génération identitaire "peut être regardée comme présentant le caractère d'une milice privée", justifie Gérald Darmanin dans le décret de dissolution.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Sa dissolution avait été évoquée pour la première fois le 26 janvier par le ministre de l'Intérieur, qui s'était dit "scandalisé" par une opération anti-migrants du groupuscule d'extrême droite dans les Pyrénées. Le 13 février, Gérald (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi