Marchés français ouverture 5 h 55 min
  • Dow Jones

    29 134,99
    -125,82 (-0,43 %)
     
  • Nasdaq

    10 829,50
    +26,58 (+0,25 %)
     
  • Nikkei 225

    26 384,23
    -187,64 (-0,71 %)
     
  • EUR/USD

    0,9572
    -0,0026 (-0,27 %)
     
  • HANG SENG

    17 860,31
    +5,17 (+0,03 %)
     
  • BTC-EUR

    19 961,21
    -398,11 (-1,96 %)
     
  • CMC Crypto 200

    439,58
    -19,56 (-4,26 %)
     
  • S&P 500

    3 647,29
    -7,75 (-0,21 %)
     

Le groupe Canal+ annonce "renoncer" à la diffusion des chaînes du groupe TF1

Le groupe Canal+ a annoncé vendredi "renoncer" à la diffusion des chaînes gratuites du groupe TF1, dans le cadre du renouvellement du contrat de distribution entre les deux parties, en raison notamment de l'exigence d'un versement "d'une rémunération très conséquente".

"Face à ces exigences infondées et déraisonnables pour des chaînes qui sont accessibles gratuitement pour tous et qui doivent le rester, le groupe Canal+, partenaire de longue date du Groupe TF1, est contraint de renoncer à diffuser ces chaînes en France métropolitaine", a indiqué Canal+ dans un communiqué.

"Conscient de l'importance de la Coupe du monde de football (20 novembre - 18 décembre, ndlr) pour ses abonnés, et fort de son partenariat avec beIN Sports qui détient l'intégralité des droits de la compétition, le groupe Canal+ sera en mesure de proposer l'intégralité de l'évènement à ses abonnés", a encore assuré la filiale du groupe Vivendi.

Ce n'est pas la première fois que les deux géants de l'audiovisuel français s'écharpent sur le sujet de la distribution des chaînes gratuites du groupe TF1 (TF1, TMC, TFX, TF1 Séries Films et LCI).

Avant la signature au forceps de leur précédent contrat fin 2018, les discussions entre les deux groupes avaient viré au conflit commercial: refusant de payer pour pouvoir diffuser des chaînes par ailleurs accessibles gratuitement via la TNT, Canal+ avait décidé de couper un temps la diffusion de TF1 à ses abonnés, provoquant un tollé chez certains téléspectateurs.

Ce bras de fer inédit au sein du paysage audiovisuel français avait illustré de manière spectaculaire la montée en puissance des opérateurs et autres intermédiaires dans les modes de réception des chaînes de télé, au détriment de la TNT (que l'on peut capter sans aucun abonnement).

Ce qui avait notamment poussé les pouvoirs publics à taper du poing sur la table, le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA, aujourd'hui devenu Arcom) et le gouvernement étaient ainsi montés au créneau en appelant les deux groupes à s'entendre.

Pour TF1, faire payer les opérateurs qui distribuaient jusqu'ici ses programmes à leurs abonnés sans rétribution, est un élément clé de sa stratégie et doit l'aider à diversifier ses revenus. Cette ressource supplémentaire est d'autant plus importante à l'heure où le groupe doit faire face à la concurrence grandissante de Netflix et consorts.

yk/elc/or