La bourse est fermée
  • Dow Jones

    33 677,27
    -68,13 (-0,20 %)
     
  • Nasdaq

    13 996,10
    +146,10 (+1,05 %)
     
  • Nikkei 225

    29 751,61
    +212,88 (+0,72 %)
     
  • EUR/USD

    1,1953
    +0,0036 (+0,30 %)
     
  • HANG SENG

    28 497,25
    +43,97 (+0,15 %)
     
  • BTC-EUR

    52 799,08
    +2 090,14 (+4,12 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 354,13
    +60,13 (+4,65 %)
     
  • S&P 500

    4 141,59
    +13,60 (+0,33 %)
     

“La Grosse Roue” : en quoi consiste le nouveau jeu à gratter de la FDJ

·1 min de lecture

C’est une nouvelle possibilité de faire des gros sous. La Française des jeux (FDJ) a lancé, mardi 6 avril, sa grande nouveauté de l’année. Il s’agit de "La Grosse Roue", un jeu à gratter à 3 euros qui propose des gains allant jusqu’à 250.000 euros. Mais il y a une subtilité à ce nouveau jeu : pour remporter ce jackpot, les clients munis de tickets gagnants devront se rendre à Paris. Dans les studios de la FDJ, ils devront faire tourner une roue pour, peut-être, empocher le gain maximal.

Comment ça marche ? Dans ce nouveau jeu de grattage de la gamme Illiko, il faut gratter vingt dessins représentant le symbole de l'euro. Sous ces euros, se trouvent de nouveaux dessins, et pour remporter au moins trois euros, il faut en trouver deux identiques. Plus on trouve de doublons, plus les gains grimpent.

Il y a aussi la possibilité de gratter trois symboles en forme d’étoile, synonymes de gros jackpot. Seul un ticket sur 500.000 les comporte. Et là, l’aventure commence : les gagnants seront invités dans les studios de la FDJ pour tourner "La Grosse Roue" et tenter de remporter entre 50.000 et 250.000 euros. Cette séquence sera d’ailleurs visible en ligne, sur la chaine YouTube de la FDJ, ainsi que sur les réseaux sociaux du site Konbini.

Ce savant mélange du célèbre jeu du millionnaire et de la roue de la fortune est ainsi une reprise populaire de jeux très connus du grand public. Pour son nouveau jeu, la FDJ s’est en fait inspirée des Canadiens, qui ont déjà leur propre version, intitulée (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

À Châteauroux, une entreprise vendait des masques “made in France” venus… de Chine
L’idée d’une taxe minimum sur les sociétés à l’échelle mondiale prend forme
Kering (Gucci, YSL) lorgne-t-il Dolce & Gabbana ? : le conseil Bourse du jour
Les Etats-Unis face au spectre d’une pénurie de ketchup
Bourse : la volatilité retombe aux niveaux pré-crise, faut-il craindre un nouveau choc ?