Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 503,27
    -204,75 (-2,66 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 839,14
    -96,36 (-1,95 %)
     
  • Dow Jones

    38 589,16
    -57,94 (-0,15 %)
     
  • EUR/USD

    1,0709
    -0,0033 (-0,31 %)
     
  • Gold future

    2 348,40
    +30,40 (+1,31 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 547,22
    -824,21 (-1,32 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 423,22
    +5,34 (+0,38 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,49
    -0,13 (-0,17 %)
     
  • DAX

    18 002,02
    -263,66 (-1,44 %)
     
  • FTSE 100

    8 146,86
    -16,81 (-0,21 %)
     
  • Nasdaq

    17 688,88
    +21,32 (+0,12 %)
     
  • S&P 500

    5 431,60
    -2,14 (-0,04 %)
     
  • Nikkei 225

    38 814,56
    +94,09 (+0,24 %)
     
  • HANG SENG

    17 941,78
    -170,85 (-0,94 %)
     
  • GBP/USD

    1,2686
    -0,0075 (-0,59 %)
     

Greenpeace dénonce les fermes-usines, mais de quoi s'agit-il ?

Lukas/Adobe Stock

La France serait-elle remplie de ferme d’élevage “usines” ? La cartographie publiée par Greenpeace ce mardi 16 mai fait état de plus de 3.000 fermes-usines sur le territoire français. Des exploitations de très grande taille que l'ONG dénonce car elles "repoussent les limites du possible au détriment du bien-être animal et de la protection de la planète". Greenpeace pointe ainsi du doigt l’industrialisation de l’élevage et prône le retour vers un modèle local et plus écologique. Mais qu'est-ce qu'une ferme-usine ? En réalité, il n'existe pas de définition officielle

Pour réaliser son étude, Greenpeace s’est appuyé sur des critères environnementaux, à savoir la pollution que peut entraîner le lisier et l’épandage d’une exploitation. Ainsi, pour l'ONG, une “ferme-usine” est déterminée par “un grand nombre d’animaux élevés sur une exploitation qui ne dispose pas d’une surface suffisante pour produire leur nourriture et pour épandre sans risque le lisier ou le fumier qu’ils ont produit.”

Comme aucune donnée n’existe à ce jour sur ces risques environnementaux, l’organisation a cartographié les élevages déclarés sous le régime d’autorisation des installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE) Ces installations sont soumises à autorisation en raison des risques de pollution de l’eau et de l’air (entre autres) qu’elles engendrent. Ainsi, ce sont des fermes de plus de 800 bovins destinés à la production de viande, 400 vaches pour la production laitière, 20.000 lapins, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Violations des droits humains : le rapport accablant de l’ONG Bloom sur la filière de la pêche au thon
Nicolas Sarkozy condamné en appel à de la prison ferme
Pourquoi la réforme des retraites va faire exploser les dépenses de santé
La loi de relance du nucléaire largement adoptée par le Parlement
Appel au 15 pour soulager les urgences : vers une “usine à gaz” ?