Marchés français ouverture 7 h 27 min
  • Dow Jones

    34 269,16
    -473,66 (-1,36 %)
     
  • Nasdaq

    13 389,43
    -12,43 (-0,09 %)
     
  • Nikkei 225

    28 608,59
    -909,71 (-3,08 %)
     
  • EUR/USD

    1,2149
    -0,0003 (-0,02 %)
     
  • HANG SENG

    28 013,81
    -581,89 (-2,03 %)
     
  • BTC-EUR

    46 375,62
    +193,84 (+0,42 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 513,93
    +1 271,26 (+523,84 %)
     
  • S&P 500

    4 152,10
    -36,33 (-0,87 %)
     

La gratuité des transports publics fait parler d'elle

·2 min de lecture

Gratuité des transports publics: fausse bonne idée ou vraie mesure sociale et environnementale?

Fausse bonne idée ou vraie mesure sociale et environnementale? La question de la gratuité fait débat dans le petit monde des transports publics, séduisant des élus autant qu'elle exaspère une bonne partie des spécialistes et professionnels du secteur.
La question s'est invitée dans la campagne des régionales en Ile-de-France, Audrey Pulvar (PS) en faisant sa proposition phare avec pour objectif d'"arriver en 2026 à une gratuité pour tous".
Se passer des recettes commerciales revient à trouver quelque 4 milliards d'euros par an, plus de 35% du budget de fonctionnement d'Ile-de-France Mobilités (IDFM).
Mme Pulvar compte sur "la mobilisation des ressources régionales, une réforme de la fiscalité régionale, avec des contributions sur les poids lourds en transit et les fortunes immobilières".
Pour le candidat EELV Julien Bayou, la gratuité "ne permet pas de lutter contre le changement climatique, va engorger des transports déjà saturés en l'état et ralentir leur modernisation". "Au-delà de la tarification, l'enjeu c'est la qualité de service", a-t-il expliqué aux Echos.
La sortante Valérie Pécresse (Libres!), qui préside IDFM, ne dit pas autre chose.
"Se priver de ressources serait une aberration anti-écologique", a-t-elle déclaré au Sénat. Face à la voiture, il faut selon elle "proposer une offre qui soit, à la fois, plus étendue --plus de lignes, plus de trains-- et meilleure, ce qui suppose beaucoup d'investissements."
"Comment s'assure-t-on qu'il n'y aura pas de baisse d'investissements pour financer la gratuité?", s'interroge aussi l'association d'usagers "Plus de trains".
"Gratuité et investissement ne s'opposent pas, bien au contraire. Parce qu'elle augmente la demande de transport, la gratuité s'accompagne toujours d'une extension du réseau", assure Audrey Pulvar dans une récente tribune cosignée avec les maires de Paris Anne Hidalgo (PS), de Montpellier Michaël Delafosse (PS) et de Dunkerque Patrice Vergriete (divers gauche).

Mouvement de fond


"La gratuité, c'e[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi