La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 765,52
    -30,23 (-0,44 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 080,15
    -27,87 (-0,68 %)
     
  • Dow Jones

    34 580,08
    -59,71 (-0,17 %)
     
  • EUR/USD

    1,1317
    +0,0012 (+0,10 %)
     
  • Gold future

    1 782,10
    +21,40 (+1,22 %)
     
  • BTC-EUR

    43 358,26
    -3 499,47 (-7,47 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 367,14
    -74,62 (-5,18 %)
     
  • Pétrole WTI

    66,22
    -0,28 (-0,42 %)
     
  • DAX

    15 169,98
    -93,13 (-0,61 %)
     
  • FTSE 100

    7 122,32
    -6,89 (-0,10 %)
     
  • Nasdaq

    15 085,47
    -295,85 (-1,92 %)
     
  • S&P 500

    4 538,43
    -38,67 (-0,84 %)
     
  • Nikkei 225

    28 029,57
    +276,20 (+1,00 %)
     
  • HANG SENG

    23 766,69
    -22,24 (-0,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,3235
    -0,0067 (-0,50 %)
     

Les grands investisseurs se ruent sur les logements, au détriment des bureaux

·2 min de lecture

Jamais les investisseurs ne s’étaient autant intéressés à l’investissement dans le logement. Faute d'offre dans l'ancien, les institutionnels se ruent sur les projets dans le neuf, asséchant un marché où l'offre est déjà très faible, poussant les prix (un peu plus) à la hausse.

Jamais les investisseurs ne s’étaient autant intéressés à l’investissement dans le logement. Sur les neuf premiers mois de l’année, les transactions atteignent 4,3 milliards d’euros, un quasi doublement en un an. Certes, les chiffres sont biaisés par une méga transaction : l’achat du portefeuille Chronos, , par le groupe Axa pour 2 milliards d’euros. Mais, depuis l’an dernier, cette classe d’actifs vole de record en record, devenant la deuxième la plus prisée des investisseurs institutionnels, juste derrière les bureaux.

Pas une semaine sans annonce d’une grande transaction. Au printemps dernier, le britannique Hines reprenait auprès de Kaufman & Broad un portefeuille de huit ensembles immobiliers, totalisant 500 appartements. Quelques semaine plus tard, la foncière Covivio, qui possédait déjà plus de 40.000 logements en Allemagne, annonçait qu’elle achetait dix-neuf immeubles d’habitation à Berlin, pour une surface totale de 41.500 mètres carrés. Au même moment, la foncière privée Powerhouse Habitat signait l’achat, auprès d’EDF, d’un portefeuille de dix-sept immeubles résidentiels à Paris et en Île-de-France.

Un marché des bureaux fragilisé

La crise du Covid-19 a démontré la fragilité du marché des bureaux soumis non seulement à l’intensité de l’activité économique, mais aussi aux aléas des changements d’usage. Une et ce sont 20% des mètres carrés construits qui deviennent inutiles. Sur les 55 millions de mètres carrés du marché francilien, ce sont dont plus de 10 millions qui se retrouvent soudain sur la sellette. Les entreprises, utilisatrices de ces bureaux, ont aussitôt ajusté leurs politiques immobilières : certaines ont déménagé dans des locaux plus petits, d’autres ont renégocié des conditions plus avantageuses ou réduit l’espace qu’elles louaient, d’autres enfin ont carrément abandonné des projets d’achat.

Aminata Sy, directrice du salon professionnel SIMI et de City by Simi

Les effets se font déjà sentir : le marché des bureaux en périphérie s’est eff[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles