La bourse est fermée

Ces grands groupes qui avalent les start-up françaises de la foodtech

1 / 2

Ces grands groupes qui avalent les start-up françaises de la foodtech

Après le rachat de FoodChéri par Sodexo et celui de Quitoque par Carrefour, c'est au tour de la start-up Cook Angels d'intégrer le groupe agroalimentaire breton Norac (La Boulangère, crêpes Whaou). Pourquoi une telle boulimie?

Aux côtés des start-up étrangères puissantes que sont devenues Deliveroo ou Foodora, les jeunes pousses françaises de la foodtech, qui réinventent la restauration, ne font pas que séduire les investisseurs en capital-risque. Certaines, à l'aube de franchir un seuil pour accélérer leur déploiement en France, préfèrent se marier avec de grands groupes de distribution, de services ou de l'agro-alimentaire. Ces industriels  y voient un excellent moyen de se développer rapidement dans le numérique tout en répondant aux tendances de consommation alimentaires émergentes.

"Cette acquisition nous permet de mettre un pied dans l’économie digitale et d’entrer dans l’univers de la FoodTech " s'est félicité dans le quotidien Ouest-France Bruno Caron, président et fondateur du groupe breton Norac, qui a racheté la start-up Cook Angels. Le groupe agroalimentaire rennais est actif dans la boulangerie-pâtisserie (La Boulangère,Crêpes Whaou) et les activités de traiteur et de restauration rapide (sandwiches Daunat…).

Créée en 2013, Cook Angels lui apporte son savoir-faire dans la commande sur internet de box repas prêts à l’emploi (pour les légumes, ils sont lavés, coupés, épluchés…) à cuisiner ensuite soi-même à son domicile. Les repas sont préparés dans son laboratoire et livrés par Chronofresh food (activité de Chronopost).

L'acquisition de la start-up par le groupe breton passe...

Lire la suite sur BFM Business

A lire aussi