La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 727,52
    +42,31 (+0,63 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 182,91
    +33,85 (+0,82 %)
     
  • Dow Jones

    35 294,76
    +382,20 (+1,09 %)
     
  • EUR/USD

    1,1606
    +0,0005 (+0,05 %)
     
  • Gold future

    1 768,10
    -29,80 (-1,66 %)
     
  • BTC-EUR

    52 603,20
    +2 642,45 (+5,29 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 464,06
    +57,32 (+4,07 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,66
    +1,35 (+1,66 %)
     
  • DAX

    15 587,36
    +124,64 (+0,81 %)
     
  • FTSE 100

    7 234,03
    +26,32 (+0,37 %)
     
  • Nasdaq

    14 897,34
    +73,91 (+0,50 %)
     
  • S&P 500

    4 471,37
    +33,11 (+0,75 %)
     
  • Nikkei 225

    29 068,63
    +517,70 (+1,81 %)
     
  • HANG SENG

    25 330,96
    +368,37 (+1,48 %)
     
  • GBP/USD

    1,3751
    +0,0074 (+0,54 %)
     

Espace: les grandes puissances reprennent le chemin de la guerre des étoiles

·2 min de lecture

Et si le monde se dirigeait vers une "guerre des étoiles"? Cette expression courante des années 1980 semble remise à l'ordre du jour par la militarisation de l'espace.

Durant les années Reagan, l’expression a fait florès. Quarante ans plus tard, on se demande si se profile une nouvelle guerre des étoiles. Car les signes de militarisation de l’espace ne manquent pas. En 2019, Donald Trump installe une nouvelle branche de l’armée américaine, la Space Force, quand, en France, est créé le Commandement de l’espace. En cette année 2021, on a vu coup sur coup le Royaume-Uni en avril puis l’Allemagne en juillet se doter d’organes similaires.

Reste que les temps ont changé. Là où l’Initiative de défense stratégique (SDI) américaine entendait forger un bouclier spatial, capable d’intercepter des missiles balistiques, les missions actuelles s’orientent surtout vers la protection des satellites. Certes, "l’espace est grand", comme le souligne la géographe Isabelle Sourbès-Verger, directrice de recherche au CNRS, qui explicitait les modalités de l’occupation de l’espace circumterrestre lors des Géopolitiques de Nantes organisées les 24 et 25 septembre par l’Institut de relations internationales et stratégiques (Iris). Mais la destruction, en 2007, d’un de ses satellites météo par la Chine au moyen d’un missile, puis le même type d’action par les Etats-Unis, la Russie et en 2019 l’Inde ont échauffé les esprits. Un mal pour un bien ? Conscience a été prise des dangers d’une posture offensive.

Une menaces pour tous les acteurs de l'espace

Détruire des engins en orbite engendre en effet une multiplication des débris. Ce qui menace tous les acteurs du spatial, des plus puissants aux plus modestes, dans un espace à trois dimensions où ils sont interdépendants. Une menace qu’il faut d’ailleurs pouvoir mesurer, quand, côté français, on note notre grande dépendance aux Etats-Unis pour les moyens de détection de ces débris. Avec le "New Space", les lancements de fusée et les constellations de satellites se multiplient, dont l’importance ne cesse de s’accroître pour notre quotidien sur Terre. Pour assurer une connectivité globale des réseaux à haut débit[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles