La bourse ferme dans 2 h 37 min
  • CAC 40

    6 203,46
    +19,36 (+0,31 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 974,90
    +7,91 (+0,20 %)
     
  • Dow Jones

    33 677,27
    -68,13 (-0,20 %)
     
  • EUR/USD

    1,1967
    +0,0013 (+0,11 %)
     
  • Gold future

    1 746,70
    -0,90 (-0,05 %)
     
  • BTC-EUR

    53 657,28
    +757,16 (+1,43 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 383,62
    +89,63 (+6,93 %)
     
  • Pétrole WTI

    61,02
    +0,84 (+1,40 %)
     
  • DAX

    15 220,80
    -13,56 (-0,09 %)
     
  • FTSE 100

    6 914,20
    +23,71 (+0,34 %)
     
  • Nasdaq

    13 996,10
    +146,10 (+1,05 %)
     
  • S&P 500

    4 141,59
    +13,60 (+0,33 %)
     
  • Nikkei 225

    29 620,99
    -130,61 (-0,44 %)
     
  • HANG SENG

    28 900,83
    +403,58 (+1,42 %)
     
  • GBP/USD

    1,3760
    +0,0008 (+0,06 %)
     

Comment les grandes entreprises ont traversé la crise en 2020

·2 min de lecture

Les résultats 2020 des grandes entreprises donnent le tournis, mais le bilan n'est finalement pas si catastrophique.

Un an après le premier confinement, l'heure du bilan a sonné pour les entreprises françaises confrontées à une crise sans précédent. Pendant près de deux mois, au printemps 2020, l'économie mondiale s'est brutalement arrêtée obligeant à la fermeture des usines, des sièges sociaux, des magasins, clouant les avions au sol et remisant les voitures au garage. Un cataclysme qui a laissé des traces dans les résultats que les entreprises terminent de publier ces jours-ci. Les profits des grands du CAC 40 ont globalement plongé de 51 % en 2020 selon le cabinet PwC. C'est pire que lors de la crise financière de 2008 puisque leurs bénéfices n'avaient alors plongé que de 37 %.

Le baromètre 2020 d'Euler Hermès, spécialiste de l'assurance-crédit, fait froid dans le dos : la marge des entreprises a reculé de 29 % en 2020 soit 4 points de moins que fin 2019, le taux d'endettement s'est accru de 13 points et l'investissement a reculé de 10 %.

. "A la différence de 2008, cet épisode a été plus sévère mais plus circonscrit avec un redémarrage très rapide de la Chine qui a notamment profité aux secteurs du luxe", souligne Franklin Pichard, directeur général de Kiplink Finance. Si bien que le panorama final n'est pas si sombre : les résultats annuels du CAC 40 ont même dépassé, en moyenne, de 10 % les anticipations des analystes, selon Bloomberg.

. Certaines s'en sont même très bien sorties avec un exercice meilleur qu'en 2019. Ces groupes inoxydables, très solides, ont répondu à un vrai besoin pendant la crise. C'est le cas, dans le secteur de la santé, de bio-Mérieux qui a vu sa croissance s'envoler de 17 % ou d'Air liquide qui s'est offert le luxe de terminer l'année avec un bénéfice de 2,4 milliards d'euros en hausse de 8,6 %. L'effet pandémie a joué à plein : sa division santé a assez logiquement bénéficié de l'explosion des ventes de bouteilles d'oxygène utilisées par les hôpitaux pour traiter les détresses respiratoires.

Mutation accélérée

La grande distribution a, elle, tiré to[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi