La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 169,41
    +3,69 (+0,06 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 978,84
    +1,01 (+0,03 %)
     
  • Dow Jones

    33 800,60
    +297,03 (+0,89 %)
     
  • EUR/USD

    1,1905
    -0,0016 (-0,13 %)
     
  • Gold future

    1 744,10
    -14,10 (-0,80 %)
     
  • BTC-EUR

    50 300,64
    -900,75 (-1,76 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 235,89
    +8,34 (+0,68 %)
     
  • Pétrole WTI

    59,34
    -0,26 (-0,44 %)
     
  • DAX

    15 234,16
    +31,48 (+0,21 %)
     
  • FTSE 100

    6 915,75
    -26,47 (-0,38 %)
     
  • Nasdaq

    13 900,19
    +70,88 (+0,51 %)
     
  • S&P 500

    4 128,80
    +31,63 (+0,77 %)
     
  • Nikkei 225

    29 768,06
    +59,08 (+0,20 %)
     
  • HANG SENG

    28 698,80
    -309,27 (-1,07 %)
     
  • GBP/USD

    1,3707
    -0,0028 (-0,20 %)
     

Grandes entreprises françaises : très peu de patronnes

·2 min de lecture

La place des femmes dans les sphères dirigeantes s'est accrue ces dernières années, mais elles n'arrivent encore que très rarement à prendre les rênes de leur groupe.

La place des femmes dans les conseils d'administration et de surveillance des grandes entreprises françaises s'est accrue à marche forcée ces dernières années, sous l'effet de la loi Copé-Zimmermann de 2011, mais elles n'arrivent encore que très rarement à prendre les rênes de leur groupe.

Une seule femme à la tête d'une entreprise du CAC 40

Parmi les 40 plus grandes entreprises françaises cotées à la Bourse de Paris, seulement l'une d'entre elles compte actuellement une femme à sa tête, en l'occurrence le groupe d'énergie Engie. Ce dernier . Elle remplaçait une autre femme, Isabelle Kocher, après un intérim assuré par Claire Waysand. D'autres entreprises importantes, mais non cotées, sont elles aussi dirigées par une femme, à l'image de la RATP avec , qui a succédé à Elisabeth Borne lorsque celle-ci est devenue ministre.

Des quotas imposés en 2011

La présence des femmes dans les conseils d'administration et de surveillance est encadrée en France depuis , qui impose un quota de 40%. Cette proportion s'élevait en 2019 à 45% en moyenne, selon une étude commandée chaque année par le gouvernement et publiée en juillet dernier, portant sur les 120 plus grands groupes français cotés.

A titre de comparaison, la part des femmes dans ces instances s'établissait en moyenne à 26,2% en 2013. A l'échelle européenne, des chiffres publiés il y a un an par l'office des statistiques Eurostat montraient que 28% des membres de conseils d'administration des sociétés cotées en Bourse au sein de l'UE étaient des femmes en 2019. La France était alors le pays se rapprochant le plus de la parité dans ce domaine, tandis que l'Estonie et Chypre (9%) étaient en queue de classement.

Quelles pistes d'amélioration?

L'attention se porte désormais en France sur les comités exécutifs et de direction, où la part des femmes reste encore faible. Ainsi, selon le cabinet d'études Ethics and Boards, on dénombre en moyenne 33,6% de femmes dans ces deux organes, au sein des dix entreprises du SBF 120 (l'ind[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi