La bourse ferme dans 6 h 22 min
  • CAC 40

    6 686,74
    -10,22 (-0,15 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 951,58
    -4,95 (-0,13 %)
     
  • Dow Jones

    33 947,10
    -482,78 (-1,40 %)
     
  • EUR/USD

    1,0501
    +0,0003 (+0,03 %)
     
  • Gold future

    1 782,70
    +1,40 (+0,08 %)
     
  • BTC-EUR

    16 168,96
    -440,11 (-2,65 %)
     
  • CMC Crypto 200

    400,71
    -10,51 (-2,55 %)
     
  • Pétrole WTI

    76,99
    +0,06 (+0,08 %)
     
  • DAX

    14 437,03
    -10,58 (-0,07 %)
     
  • FTSE 100

    7 554,08
    -13,46 (-0,18 %)
     
  • Nasdaq

    11 239,94
    -221,56 (-1,93 %)
     
  • S&P 500

    3 998,84
    -72,86 (-1,79 %)
     
  • Nikkei 225

    27 885,87
    +65,47 (+0,24 %)
     
  • HANG SENG

    19 441,18
    -77,11 (-0,40 %)
     
  • GBP/USD

    1,2181
    -0,0013 (-0,11 %)
     

Grande messe de la finance verte: où sont passés les patrons des grandes banques françaises?

GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

Grand rendez-vous devenu rituel de la finance responsable, la 8e édition du Climate finance day s'est déroulée ce jeudi 27 octobre au Palais Brongniart. Mais cette année, et pour la première fois depuis au moins trois ans, aucun grand patron de banque n'a pris la parole. Trois ans après l'accord inédit de la place de Paris de sortir du charbon, le soufflet de la finance verte serait-il retombé?

Fonds d’investissements, banques, institutions financières, start-up… Les acteurs de la finance responsable se sont réunis ce jeudi 27 octobre, pour la 8e édition du Climate finance day. Grande messe de la finance verte, réputée réunir le gotha de la place financière de Paris, elle a été cette année désertée par les patrons des plus grandes banques, alors même que Bruno Le Maire voudrait faire de Paris "la capitale de la finance verte". "La place de Paris doit être à la hauteur de l’Accord de Paris, nous n’y sommes pas", a martelé le ministre de l'Économie en ouverture de l’évènement.

Pourtant, en 2019, la place de Paris prenait un engagement inédit dans le monde: sortir collectivement du financement du charbon à l’horizon 2030-2040, pressée par Bercy et la menace d’une régulation. Cette année-là, Frédéric Oudéa, François Riahi, et Antoine Sire, respectivement PDG de la Société générale, PDG de Natixis et membre du conseil d’administration de la BPCE, et directeur de l’engagement au comex de BNP Paribas (partenaire de Challenges) étaient présents et prenaient la parole.

En 2020, Philippe Brassac, PDG du Crédit agricole et Laurent Mignon, président du directoire de la BPCE se joignaient à l’évènement, quand les grands acteurs financiers s’engageaient à se désinvestir des énergies fossiles non conventionnelles (sans toutefois s'accorder sur une définition commune), tout comme en 2021, alors que les engagements de neutralité carbone ont continué de se multiplier dans le secteur financier.

Et en 2022? Cette fois, aucun de ces grands patrons de banque n’a fait le déplacement. Même Frédéric Oudéa, habitué du rendez-vous et qui était pourtant annoncé, a annulé au dernier moment, probablement refroidi par l’action d’Alternatiba Paris avant l’ouverture. Une soixantaine de militants a réussi à pénétrer dans l’enceinte du Palais Brongniart où se déroulait la journée, pour déverser liquide noir et fumigènes et dénoncer le soutien des institutions financières au secteur pétrol[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi