La bourse est fermée

Grande enquête sur la fiscalité d’Amazon en France : "Une de ses armes, c’est le chantage à l’emploi"

Le géant américain a annoncé avoir réalisé 4,5 milliards de chiffre d'affaires en 2018 en France.

Régulièrement pointé du doigt pour dissimuler une partie de ses revenus, Amazon a annoncé ce mercredi 18 décembre, avoir payé plus de 250 millions d’euros de prélèvements obligatoires en France en 2018 et y avoir réalisé un chiffre d’affaires de 4,5 milliards d’euros. Comme une réponse aux attaques en série contre le monstre du e-commerce, et notamment celle d’un collectif qui a demandé en justice le 12 décembre dernier que la firme indemnise les contribuables français lésés par l’évasion fiscale du géant américain et qui a demandé à ce qu’ un “préjudice de solidarité” soit reconnu.

Benoît Berthelot, journaliste au magazine Capital, est justement entré au coeur de la machine Amazon pour tenter d’en percer les secrets durant trois années d’enquête, et notamment en matière de fiscalité. A travers son livre intitulé Le monde selon Amazon paru l’été dernier, le journaliste spécialiste des nouvelles technologies a mis en lumière les rouages du géant américain pour se développer et tenter d’échapper au maximum à l’impôt. Entretien.

Marianne : Dans votre livre Le monde selon Amazon, vous dites en parlant de la firme américaine que “tout son organigramme en myriades de sociétés est orienté vers ce but : limiter au maximum sa contribution fiscale dans les pays où il s’implante”? Est-ce que ces 250 millions d’euros annoncés représentent finalement un énième écran de fumée pour éviter l’impôt ?





Lire la suite