La bourse est fermée
  • Dow Jones

    33 921,86
    -171,10 (-0,50 %)
     
  • Nasdaq

    12 110,88
    +294,56 (+2,49 %)
     
  • Nikkei 225

    27 402,05
    +55,17 (+0,20 %)
     
  • EUR/USD

    1,0910
    -0,0084 (-0,76 %)
     
  • HANG SENG

    21 958,36
    -113,82 (-0,52 %)
     
  • BTC-EUR

    21 818,36
    +214,40 (+0,99 %)
     
  • CMC Crypto 200

    543,59
    -1,73 (-0,32 %)
     
  • S&P 500

    4 159,05
    +39,84 (+0,97 %)
     

Comment la grande distribution passe au système D pour affronter les pénuries

Défis d'un monde en pénurie. (6/10). Les rayons des supermarchés n’ont jamais autant manqué de produits. En cause: la guerre en Ukraine, la grippe aviaire, le déficit de main-d’œuvre... Les fournisseurs se mobilisent et revoient leurs gammes de produits. Les distributeurs repensent leur facing et restreignent leurs promotions.

A Brin d'Olivier, une entreprise drômoise de quinze salariés, l'équipe s'inquiète pour ses ventes d'huile d'olive."Nous utilisions une jolie bouteille depuis quarante ans, raconte Bruno Fleith, le président. Mais on n'arrive plus à la faire produire.

En raison de la hausse du prix de l'électricité, les verreries réduisent leurs gammes." En 2023, il lui faudra sans doute se contenter d'une bouteille standard pour continuer à exister dans les supermarchés.

Les ruptures en rayon les plus fortes depuis 50 ans

Les mésaventures de cette TPE reflètent une situation inédite. Restriction d'emballages, ingrédients introuvables ou tout simplement manque de livreurs: "Les ruptures en rayon sont au plus haut depuis cinquante ans", estime Rodolphe Bonnasse, président d'Aristid Retail Technology.

Selon le baromètre de l'institut NielsenIQ, 5,6% des produits manquent dans les grandes surfaces, soit 4,5 milliards d'euros de manque à gagner pour les acteurs de la distribution. Parmi les grands "absents" se trouvent notamment la moutarde, les eaux en bouteille, mais aussi les chips et les sandwichs.

Pendant la pénurie de moutarde du printemps 2022, liée aux mauvaises récoltes au Canada, Carrefour a fait appel à la marque Reine de Dijon (groupe Develey) pour pallier l\'absence de Maille et Amora (Unilever). La marque aux graines 100 % françaises est depuis devenue l\'un de ses principaux fournisseurs. Crédit : Photos : SP
Pendant la pénurie de moutarde du printemps 2022, liée aux mauvaises récoltes au Canada, Carrefour a fait appel à la marque Reine de Dijon (groupe Develey) pour pallier l\'absence de Maille et Amora (Unilever). La marque aux graines 100 % françaises est depuis devenue l\'un de ses principaux fournisseurs. Crédit : Photos : SP

Pendant la pénurie de moutarde du printemps 2022, liée aux mauvaises récoltes au Canada, Carrefour a fait appel à la marque Reine de Dijon (groupeDeveley) pour pallier l’absence de Mailleet Amora (Unilever). La marque aux graines 100 % françaises est depuis devenue l’un de ses principaux fournisseurs.

Les causes sont multiples et s'additionnent: pénurie d'huile de tournesol en raison de la guerre en Ukraine, d'amidon de maïs à cause de la flambée des prix du gaz, mais aussi d'œufs de poules élevées en plein air et de viande de volaille française touchées par la grippe aviaire. Sans parler des déréférencements brutaux, comme Evian, Ba-doit et Volvic à Intermarché cet automne, pour cause de hausses de tarifs inconsidérées.

Écosystème régional

Quand ils ne se font pas la guerre sur fond d'inflation, distributeurs et industriels essaient de limiter la casse en redoublant d'inventivité. Car le[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi