La bourse ferme dans 26 min
  • CAC 40

    5 710,84
    -73,05 (-1,26 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 641,54
    -43,74 (-1,19 %)
     
  • Dow Jones

    31 195,75
    -206,26 (-0,66 %)
     
  • EUR/USD

    1,2142
    -0,0044 (-0,36 %)
     
  • Gold future

    1 729,40
    -46,00 (-2,59 %)
     
  • BTC-EUR

    39 222,32
    -3 030,23 (-7,17 %)
     
  • CMC Crypto 200

    953,22
    +20,08 (+2,15 %)
     
  • Pétrole WTI

    62,34
    -1,19 (-1,87 %)
     
  • DAX

    13 806,90
    -72,43 (-0,52 %)
     
  • FTSE 100

    6 501,18
    -150,78 (-2,27 %)
     
  • Nasdaq

    13 238,02
    +118,59 (+0,90 %)
     
  • S&P 500

    3 837,07
    +7,73 (+0,20 %)
     
  • Nikkei 225

    28 966,01
    -1 202,26 (-3,99 %)
     
  • HANG SENG

    28 980,21
    -1 093,96 (-3,64 %)
     
  • GBP/USD

    1,3979
    -0,0034 (-0,24 %)
     

Grande distribution: Paris ne veut pas d'un rapprochement entre Carrefour et Couche-Tard

·1 min de lecture

Le rapprochement entre les groupes de grande distribution Carrefour et Couche-Tard ne devrait pas dépasser le stade des « discussions très préliminaires ». Le Canadien aurait retiré son offre selon les informations des agences Reuters et Bloomberg. Cet abandon aussi rapide - seulement quelques jours après l'annonce de l'offre - serait dû à la position du gouvernement français.

La décision a été prise, selon des sources de Bloomberg, après une rencontre entre Bruno Le Maire, le ministre français de l'Économie, et Alain Bouchard, le fondateur de Couche-Tard. Pour rassurer Bercy, le groupe canadien s'était engagé à investir plusieurs milliards dans Carrefour et à préserver l'emploi en France pendant deux ans. Autre garantie apportée : la cotation du groupe à la Bourse de Paris en parallèle avec le Canada.

Le gouvernement français, pas convaincu

Mais, le gouvernement français, toujours pas convaincu, a les moyens de s'opposer à certains investissements dans le secteur agro-alimentaire. Bruno Le Maire l'avait rappelé hier en opposant « un non clair et définitif » au rachat du premier employeur privé du pays. Selon une source à Bercy, qui ne confirme pas le retrait de l'offre de Couche-Tard, l'entretien d'hier soir s'est déroulé sereinement. Alain Bouchard aurait compris les arguments de Bruno Le Maire, sans les partager, leurs intérêts divergeant.

Sécurité alimentaire

Un argument français semble en revanche ne pas avoir été apprécié par une source gouvernementale à Ottawa : celui expliquant que le veto était opposé au nom de la sécurité alimentaire de la France. Pour l'instant, ni Couche-Tard, ni Carrefour n'ont confirmé la fin des négociations.

À lire aussi : France: jusqu'à 3000 départs chez Carrefour​​​​​​​