Marchés français ouverture 7 h
  • Dow Jones

    29 926,94
    -346,93 (-1,15 %)
     
  • Nasdaq

    11 073,31
    -75,33 (-0,68 %)
     
  • Nikkei 225

    27 311,30
    +190,80 (+0,70 %)
     
  • EUR/USD

    0,9795
    0,0000 (-0,00 %)
     
  • HANG SENG

    18 012,15
    -75,82 (-0,42 %)
     
  • BTC-EUR

    20 383,72
    -364,24 (-1,76 %)
     
  • CMC Crypto 200

    453,83
    -9,30 (-2,01 %)
     
  • S&P 500

    3 744,52
    -38,76 (-1,02 %)
     

Grande démission: la galère des employeurs américains face à la pénurie de salariés

Sabine Syfuss-Arnaud

REPORTAGE - Les Etats-Unis souffrent de graves pénuries de main-d'œuvre. Dans la restauration notamment, qui manque de cuisiniers, serveurs, plongeurs. Les employés, les jeunes notamment, ne veulent plus travailler à n'importe quelle condition. Les employeurs doivent désormais augmenter les salaires, se montrer attractifs et faire preuve d'imagination. Reportage dans le Maine, haut lieu du tourisme.

Depuis le 25 juin, Rockland, petite station balnéaire du Maine, au Nord Est des Etats-Unis, est sous le choc. Cafe Miranda, véritable institution du centre-ville, a fermé définitivement ses portes, après 29 années de succès et de fêtes. Co-fondatrice et chef-cuisinière, Kerry Alterio justifie. "Nous avons une excellente équipe, un excellent emplacement, les meilleurs clients de la meilleure ville, mais nous n’avons pas assez d’employés pour être ouverts plus de trois jours par semaine." Impossible pour elle, comme pour la plupart des patrons de bars, restaurants ou boutiques de la ville, , indispensables dans cette région ultra touristique, où depuis 75 ans le "lobster festival" (homard) de début août attire des visiteurs de l’Amérique entière. Mi-juillet, sur Main Street, l’artère principale, les affichettes "now hiring" (nous recrutons) étaient encore nombreuses, et, face à la pénurie persistante, beaucoup d’établissements avaient décidé de fermer dès 17 heures. The Grey Owl, lui, ne servait carrément plus que des petits-déjeuners…

Il n’y a pas qu’en Nouvelle Angleterre que la situation est préoccupante! Le pays entier était aux prises avec des problèmes de main d’œuvre cet été. Selon la National Restaurant Association, les établissements traditionnels (non fast-food) comptaient près de 600.000 salariés de moins en juin qu’avant la pandémie. Soit 11% du personnel. Et 58% des patrons se disent inquiets pour l’avenir.

Plus de 11 millions d'offres d'emploi

En sortant de Rockland, le fast food Kentucky Fried Chicken propose des postes "à partir de 16,50 dollars de l’heure" sur un grand panneau au bord de la route. Partout aux Etats-Unis, dans les petites villes, comme dans les métropoles ou à la campagne, affiches, posters, papiers volants incitent à postuler. "Now Hiring", "help wanted", "apply now", "vacancies", "come, we are hiring!", "join us", " join our team", "now hiring all positions"... (Nous recrutons, nous cherchons de l’aide, postes à pouvoir, rejoignez no[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi