La bourse est fermée
  • Dow Jones

    35 741,15
    +64,13 (+0,18 %)
     
  • Nasdaq

    15 226,71
    +136,51 (+0,90 %)
     
  • Nikkei 225

    28 600,41
    -204,44 (-0,71 %)
     
  • EUR/USD

    1,1614
    -0,0031 (-0,27 %)
     
  • HANG SENG

    26 132,03
    +5,10 (+0,02 %)
     
  • BTC-EUR

    53 958,90
    +1 127,23 (+2,13 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 501,73
    +1 259,05 (+518,81 %)
     
  • S&P 500

    4 566,48
    +21,58 (+0,47 %)
     

Quelle est cette grande cavité découverte dans la Voie lactée ?

·2 min de lecture

Pour comprendre comment les étoiles se forment, les astronomes doivent impérativement comprendre d’abord comment les nuages moléculaires qui s’effondrent pour leur donner naissance se forment à partir d’un milieu interstellaire diffus. Pour cela, ils comptent aujourd’hui sur les progrès de l’instrumentation. Ceux offerts par la mission Gaïa de l'ESA, l'Agence spatiale européenne, par exemple. Son objectif : mesurer les distances de plus d’un milliard d’étoiles dans notre Voie lactée. Et grâce à des mesures réalisées au fil du parcours de la Terre sur son orbite, de rendre une image en trois dimensions de notre Galaxie. Le tout avec une précision incroyable de 20 microarcsecondes. C’est l’angle que ferait une pièce d'un euro si vous la voyiez à quelque 100.000 kilomètres de distance !

C’est grâce à cette précision que des astronomes de l’université de Harvard (États-Unis) viennent de découvrir un gigantesque espace vide. Une cavité. Un trou de matière béant s’étendant sur près de 500 années-lumière. Ils étudiaient les formes et les dimensions des nuages moléculaires les plus proches de nous. Celui qui se trouve dans la constellation de Persée et celui qui se trouve dans la constellation du Taureau, en l’occurrence. Des régions où se forment beaucoup d’étoiles.

Les nuages de Taureau et de Persée situés dans notre Voie lactée. © Alyssa Goodman, Centre d’astrophysique de l’université de Harvard
Les nuages de Taureau et de Persée situés dans notre Voie lactée. © Alyssa Goodman, Centre d’astrophysique de l’université de Harvard

Dans notre vision en deux dimensions de l’espace, ces deux nuages moléculaires semblent presque se toucher. Pourtant, la cartographie en trois dimensions établie par les astronomes montre qu’ils semblent en réalité former la coquille de l’espace vide évoqué par les chercheurs. « Des centaines d’étoiles se forment ou existent déjà à la surface de cette bulle », souligne Shmuel Bialey, astrophysicien, dans un communiqué de l’université de Harvard.

Quand la théorie se frotte à l’observation

Ce trou de matière pourrait avoir été créé par l’explosion d’une étoile en supernova — ou...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles