La bourse est fermée
  • Dow Jones

    30 303,17
    -633,87 (-2,05 %)
     
  • Nasdaq

    13 270,60
    -355,47 (-2,61 %)
     
  • Nikkei 225

    28 635,21
    +89,03 (+0,31 %)
     
  • EUR/USD

    1,2109
    -0,0059 (-0,48 %)
     
  • HANG SENG

    29 297,53
    -93,73 (-0,32 %)
     
  • BTC-EUR

    26 118,68
    -705,26 (-2,63 %)
     
  • CMC Crypto 200

    633,41
    -6,50 (-1,02 %)
     
  • S&P 500

    3 750,77
    -98,85 (-2,57 %)
     

Grand Paris: les véhicules polluants seront verbalisés fin 2021

·2 min de lecture

Les véhicules polluants non autorisés dans la zone à faible émission du Grand Paris seront verbalisés via vidéo d'ici à la "fin 2021", a assuré mardi le ministre délégué des Transports, Jean-Baptiste Djebbari, dans une interview au Parisien.

Les véhicules polluants non autorisés dans la zone à faible émission du Grand Paris seront verbalisés via vidéo d'ici à la "fin 2021", a assuré mardi le ministre délégué des Transports, Jean-Baptiste Djebbari, dans une interview au Parisien.

"L'objectif, c'est que la vidéoverbalisation démarre d'ici fin 2021. Puis que les contrôles-sanctions automatisés, avec un radar, puissent se développer dans la foulée", a expliqué le ministre. "Nous sommes maintenant dans une phase d'exécution et de mise en oeuvre, en lien avec le ministère de l'Intérieur et l'Agence nationale de traitement automatisé des infractions".

Les véhicules diesel de plus de 18 ans et à essence de plus de 21 ans (vignette Crit'air 5 ou non classés car trop anciens) sont proscrits depuis juillet 2019 dans un vaste périmètre qui couvre 49 des 79 communes de la métropole parisienne.

Réduire la pollution de l'air

Plus de 70% de la population de la région capitale est concernée, dans un périmètre à l'intérieur de l'A86. Mais l'interdiction s'est accompagnée d'une période de pédagogie.

La mesure vise à réduire à long terme la pollution de l'air et limiter l'usage de la voiture. Dans Paris même, les Crit'air 4 et 5 sont interdits de 8h00 à 20h00 en semaine.

"En France comme ailleurs, on n'aime pas beaucoup recevoir des amendes...", a commenté Jean-Baptiste Djebbari. "Mais les zones à faibles émissions, ce n'est pas une question d'infraction routière, c'est une question de santé publique. Il y a des vies qui sont en jeu".

(Avec AFP)

Retrouvez cet article sur challenges.fr

A lire aussi