La bourse ferme dans 3 h 36 min
  • CAC 40

    6 614,39
    +11,85 (+0,18 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 118,62
    +6,29 (+0,15 %)
     
  • Dow Jones

    33 876,97
    +586,89 (+1,76 %)
     
  • EUR/USD

    1,1903
    -0,0021 (-0,18 %)
     
  • Gold future

    1 783,30
    +0,40 (+0,02 %)
     
  • BTC-EUR

    26 392,51
    -1 159,70 (-4,21 %)
     
  • CMC Crypto 200

    748,95
    -101,40 (-11,92 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,15
    -0,51 (-0,69 %)
     
  • DAX

    15 618,59
    +15,35 (+0,10 %)
     
  • FTSE 100

    7 086,00
    +23,71 (+0,34 %)
     
  • Nasdaq

    14 141,48
    +111,10 (+0,79 %)
     
  • S&P 500

    4 224,79
    +58,34 (+1,40 %)
     
  • Nikkei 225

    28 884,13
    +873,20 (+3,12 %)
     
  • HANG SENG

    28 309,76
    -179,24 (-0,63 %)
     
  • GBP/USD

    1,3905
    -0,0028 (-0,20 %)
     

Grand Paris: le Sénat vote la suppression d'une surtaxe litigieuse

Mi-octobre dans le cadre de l'examen du projet de budget de l'Etat pour 2020, les députés avaient validé un amendement de Gilles Carrez, élu LR, pour créer une surtaxe de 20% sur les bureaux situés dans les quartiers d'affaires de Paris et des Hauts-de-Seine, avec le soutien du gouvernement. Mais le vote avait divisé jusqu'au sein de la majorité.

Plusieurs voix s'étaient élevées pour dénoncer la mesure. Notamment celle de Patrick Devedjian, président du département des Hauts-de-Seine, qui parlait alors d’un "véritable coup de poignard dans le dos du quartier d’affaires de Paris La Défense". De son côté, le Medef estimait que les dérives budgétaires du Grand Paris Express pesaient toujours plus lourdement sur les entreprises des Hauts-de Seine. 

La surtaxe devait en effet financer le Grand Paris Express, le projet de métro automatique autour de Paris. "Combien va coûter réellement ce projet?", a lancé Philippe Dallier, élu LR de Seine-Saint-Denis, évoquant un "état de perdition budgétaire" et le risque de "se retrouver dans un an avec une nouvelle taxe". "Il faut mettre un terme à cette dérive", alors qu'une surtaxe avait déjà été imposée l'année dernière, a abondé Hervé Marseille, président du groupe Union centriste. "Les entreprises n'en peuvent plus", a aussi affirmé le rapporteur Albéric de Montgolfier, élu LR.

Les sénateurs socialistes, par la voix de Rémi Féraud, ont également soutenu la suppression,...

Lire la suite sur BFM Business

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles