Marchés français ouverture 8 h 45 min
  • Dow Jones

    34 930,93
    -127,59 (-0,36 %)
     
  • Nasdaq

    14 762,58
    +102,01 (+0,70 %)
     
  • Nikkei 225

    27 581,66
    -388,56 (-1,39 %)
     
  • EUR/USD

    1,1848
    +0,0022 (+0,19 %)
     
  • HANG SENG

    25 473,88
    +387,45 (+1,54 %)
     
  • BTC-EUR

    33 848,84
    +1 307,46 (+4,02 %)
     
  • CMC Crypto 200

    938,33
    +8,40 (+0,90 %)
     
  • S&P 500

    4 400,64
    -0,82 (-0,02 %)
     

Grand oral du bac: des syndicats dénoncent plusieurs couacs dans l'organisation

·5 min de lecture

Alors que le grand oral faisait son entrée aux épreuves du baccalauréat ce lundi, des dysfonctionnements, liés notamment aux envois des convocations, ont été pointés du doigt.

Absence d'un membre du jury, erreur sur la convocation, pas de convocation... Le grand oral, épreuve phare du nouveau baccalauréat, mise en place pour la première fois cette année, a commencé ce lundi, avec des oraux qui courent jusqu'au 2 juillet. Mais quelques heures après son lancement, plusieurs problèmes importants d'organisation ont été pointés du doigt par les syndicats de professeurs, mais aussi d'élèves.

"Les personnels et les élèves font les frais d’une organisation chaotique", écrit ainsi dans un communiqué le syndicat de professeurs SNES-FSU. "Retards dans les envois de convocations aux enseignants, convocations envoyées à des professeurs en arrêt-maladie… Les lycéens vont-ils être ballotés et reconvoqués? Il est à craindre que d’autres problèmes logistiques se révèlent à l’occasion de cette épreuve", écrivait de son côté le syndicat lycéen FIDL lundi.

Pas de binôme, pas de convocation ou erreur sur le document

Le SNES-FSU explique avoir reçu plusieurs témoignages d'enseignants, dans différentes académies - Orléans-Tours, Lyon, Normandie, région parisienne ou encore Guadeloupe - qui ont été appelés lundi matin pour se rendre dans des centres d'examen, alors qu'ils n'avaient pas reçu de convocation. À l'inverse, "des collègues qui ont reçu une ou plusieurs convocations dans le week-end se sont rendus dans le lycée concerné pour découvrir qu’ils n’étaient finalement pas attendus dans l’établissement".

Alors que le jury pour cette épreuve doit être composé de deux professeurs de spécialités différentes, "en Île-de-France, un jury s'est retrouvé avec un seul professeur, au lieu de deux... Et donc les élèves n'ont pas pu passer leur grand oral, ils ont du être convoqués plus tard dans la semaine", regrette Sophie Vénétitay secrétaire générale adjointe du SNES-FSU, auprès de l'AFP.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Bruno Bobkiewicz, proviseur de la cité scolaire Berlioz à Vincennes et secrétaire général du principal syndicat des chefs d'établissement (SNPDEN), est lui "agacé". "Dans mon établissement, il a fallu annuler le grand oral de 20 élèves car un des professeurs convoqués l'était aussi à une épreuve de Capes au même moment, c'est hallucinant", donne-t-il en exemple à l'AFP.

Certains témoignages relatent également des cas de jury avec deux enseignants de la même spécialité, ou même parfois, des professeurs interrogeant leurs propres élèves, ce qui pose un problème déontologique pour un examen national. "En Guadeloupe ou dans l’académie de Versailles, des collègues découvrent qu’ils vont devoir interroger leurs propres élèves", écrit ainsi le SNES-FSU.

"C'est toujours pénible pour les élèves, qui n'ont pas besoin de ça cette année"

En conséquences, certaines élèves ont vu leurs épreuves déplacées à un autre jour, alors qu'il s'agit pour eux de la dernière étape du baccalauréat. 

Après une année qui a pu être compliquée pour beaucoup en raison de la crise sanitaire, et de l'alternance entre cours en présentiel et à distance, les syndicats critiquent l'incidence de cette mauvaise organisation sur l'état d'esprit des Terminales. "C'est toujours pénible pour les élèves, qui n'ont pas besoin de ça cette année après tout ce qu'ils ont vécu avec la crise sanitaire", déclare Bruno Bobkiewicz.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Face à ces "inquiétudes et dysfonctionnements", le syndicat lycéen FIDL a décidé de mettre en place une adresse mail à disposition des lycéens qui en seraient victimes "afin qu'ils soient accompagnés dans les difficultés qu'ils rencontreraient".

L'épreuve du grand oral a été à plusieurs reprises critiquée depuis son annonce il y a deux ans, et dernièrement, car elle a été maintenue en présentiel, malgré la crise sanitaire. Il s'agit de la seule épreuve finale conservée, avec l'écrit de philosophie, les autres matières étant évaluées en contrôle continu. Plusieurs syndicats avaient d'ailleurs demandé son annulation en raison des difficultés de préparation engendrées par la crise sanitaire du Covid-19. 

"Alors que cette épreuve représente 10% de la note finale du bac, aucune heure de classe n’est dédiée pour la préparer. Cet examen vient donc valoriser l’expression orale qui est un profond révélateur des inégalités sociales", explique également la FIDL.

"Des situations isolées au regard du nombre de candidats et de professeurs convoqués"

"On veille à résoudre les problèmes le plus rapidement possible", affirmait lundi le ministère de l’Éducation nationale auprès de Libération, assurant que les cas rapportés "restent des situations isolées au regard du nombre de candidats et de professeurs convoqués."

Le Service interacadémique des examens et concours (Siec) de Créteil reconnaît auprès du quotidien des problèmes concernant l’envoi des convocations "essentiellement dues à des difficultés techniques qui sont désormais résolues" et qui ne concernerait que les professeurs remplaçants. L'organisme parle d'absences "minoritaires" dues aussi à des professeurs et des élèves testés positifs au Covid-19 avant l'épreuve ou malades.

Dans un message de la rectrice de l'Académie de Versailles, obtenu et publié par le SNES-FSU, les dysfonctionnements sont reconnus, et il est promis "une enquête" dès la rentrée scolaire, "afin de mettre à plat le processus de l'organisation des examens".

Pour rassurer les candidats en cette année compliquée, le ministère de l'Éducation leur a permis, exceptionnellement, de garder sous les yeux le brouillon préparé pour leur exposé. Ils pourront également remettre au jury un descriptif de leurs professeurs indiquant si des parties du programmes n'ont pas pu être étudiées. L'épreuve compte coefficient 10 en voie générale et 14 en voie technologique, dans la note finale du bac.  

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles