La bourse ferme dans 2 h 52 min
  • CAC 40

    6 352,77
    +64,44 (+1,02 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 987,78
    +35,33 (+0,89 %)
     
  • Dow Jones

    34 021,45
    +433,79 (+1,29 %)
     
  • EUR/USD

    1,2126
    +0,0041 (+0,34 %)
     
  • Gold future

    1 837,00
    +13,00 (+0,71 %)
     
  • BTC-EUR

    41 542,91
    -124,20 (-0,30 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 401,32
    +13,41 (+0,97 %)
     
  • Pétrole WTI

    64,51
    +0,69 (+1,08 %)
     
  • DAX

    15 307,91
    +108,23 (+0,71 %)
     
  • FTSE 100

    7 012,99
    +49,66 (+0,71 %)
     
  • Nasdaq

    13 124,99
    +93,31 (+0,72 %)
     
  • S&P 500

    4 112,50
    +49,46 (+1,22 %)
     
  • Nikkei 225

    28 084,47
    +636,46 (+2,32 %)
     
  • HANG SENG

    28 027,57
    +308,90 (+1,11 %)
     
  • GBP/USD

    1,4076
    +0,0024 (+0,17 %)
     

Grand Est: Jean Rottner mobilise pour relocaliser son industrie

·2 min de lecture

SÉRIE LA FRONDE DES TERRITOIRES [7/9] - Favoriser la sous-traitance de proximité, moderniser les sites existants, phosphorer sur l'innovation : le patron de la région mène la bataille sur tous les fronts possibles.

A la tête de la région la plus durement frappée par l'épidémie de Covid, Jean Rottner (LR), médecin-urgentiste de métier, s'est révélé, au chevet du sanitaire mais aussi de l'économie. La crise a créé un électro choc pour mobiliser les acteurs et a accéléré le « fait régional » affirme son président. L'édile en a profité, au-delà de « panser l'urgence », pour « penser le modèle économique d'avenir » de son territoire, fertile en ETI mais qui n'échappe pas au fléau de la désindustrialisation. Il y a un an, le conseil régional a ainsi lancé son Pacte de relocalisation. « Nous n'imaginons pas faire revenir les usines de Chine, mais nous misons sur le renforcement de la sous-traitance locale, détaille Rottner. Les patrons n'ont parfois même pas idée qu'un prestataire existe dans le coin, qui pourrait aussi bien faire l'affaire qu'un intermédiaire asiatique. »

Achats « rapatriables »

La région finance donc des diagnostics pour décortiquer les chaînes d'approvisionnement. Un test sur sept entreprises locales a ainsi identifié 6 millions d'euros d'achats « rapatriables ». Cette offre d'audit va être étendue à 250 entreprises. Les sociétés étrangères attirées pour s'implanter dans le Grand Est, carrefour industriel, sont aussi incitées à favoriser l'approvisionnement de proximité. Tel Huawei, qui vient de décider d'implanter sa première usine hors de Chine en Alsace (un investissement de 200 millions et 500 emplois). « L'accompagnement financier de la région dépendra des retombées pour l'économie locale », avertit son président.

Surtout, le fer de lance de sa stratégie est son initiative de « Business act » : sous l'égide régionale, 800 petits et grands patrons, fédérations professionnelles, experts, services de l'Etat et des collectivités ont phosphoré trois mois pour adopter, en juillet dernier, 40 projets structurants, tels la modernisation par Petit Bateau de son site de Troyes, dans l'Aube, ou le nouvel investissement de la société belge Cockerill dans son usine alsaci[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi