La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 931,06
    +8,20 (+0,14 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 448,31
    -6,55 (-0,19 %)
     
  • Dow Jones

    31 097,26
    +321,83 (+1,05 %)
     
  • EUR/USD

    1,0426
    -0,0057 (-0,54 %)
     
  • Gold future

    1 812,90
    +5,60 (+0,31 %)
     
  • BTC-EUR

    18 287,98
    -331,96 (-1,78 %)
     
  • CMC Crypto 200

    420,84
    +0,70 (+0,17 %)
     
  • Pétrole WTI

    108,46
    +2,70 (+2,55 %)
     
  • DAX

    12 813,03
    +29,26 (+0,23 %)
     
  • FTSE 100

    7 168,65
    -0,63 (-0,01 %)
     
  • Nasdaq

    11 127,84
    +99,11 (+0,90 %)
     
  • S&P 500

    3 825,33
    +39,95 (+1,06 %)
     
  • Nikkei 225

    25 935,62
    -457,42 (-1,73 %)
     
  • HANG SENG

    21 859,79
    -137,10 (-0,62 %)
     
  • GBP/USD

    1,2103
    -0,0072 (-0,59 %)
     

Dans le Grand Est, de cuisants échecs pour les macronistes

AFP/Archives - Ludovic MARIN

Le Rassemblement national, qui confirme son implantation dans l’Est, fait mordre la poussière à des candidats de la majorité sortante.

Les difficultés du mouvement macroniste s’illustrent de manière frappante dans quelques circonscriptions de la région Grand Est. Dans la vallée de la Fensch, marquée par la désindustrialisation des sites de Gandrange et Florange, le député sortant Modem – Ensemble!, Brahim Hammouche, n’arrive qu’en troisième position, avec 23,44% des voix. Il se trouve devancé par Céline Léger qui représente la Nupes (27,7%) et ne devrait pas se maintenir au second tour. D'autant qu'il est loin derrière le candidat contre lequel il s’était promis de batailler ferme : Laurent Jacobelli, porte-parole du Rassemblement National (RN), qui arrive en tête avec 35,2% des suffrages. Un coup dur.

Lire aussi

La partie n'est pas perdue en revanche pour , dans la Haute Marne. Mais la secrétaire nationale chargée de la Biodiversité dans le gouvernement Castex se retrouve, avec 21,15% des voix, derrière le candidat RN (27,3%). Or ce dernier, , ne bénéficie d’aucune implantation locale. Ancien soutien de Philippe de Villiers, Christophe Bentz est enseignant en "analyses électorales" au sein de l’institut des sciences sociales créé par Marion Maréchal. "C’est bien la preuve que le vote RN pour ces élections est un vote de ras-le-bol, de désarroi qui ne s’attache absolument pas à la crédibilité du candidat", analyse un grand élu local.

A l’autre bout de la région, dans la 6e circonscription de Meurthe-et-Moselle, la majorité présidentielle se prend également les pieds dans le tapis. Ensemble! avait tenté de faire un coup en présentant la DRH de Charlie Hebdo face au député sortant Dominique Potier, issu du PS et qui a refusé l’étiquette Nupes. Or , unique candidate du mouvement pro-laïcité , ne parvient pas à décrocher sa place pour le second tour, avec seulement 14,13%. Dominique Potier sera donc, avec 44%, face au candidat RN Philippe Morenvillier qui a obtenu 27,40% des suffrages.

L'implantation payante de la Nupes

Dans la circonscription voisine de Meurthe-et-Moselle, Ergun Toparslan ne fait pas [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles