La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 931,06
    +8,20 (+0,14 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 448,31
    -6,55 (-0,19 %)
     
  • Dow Jones

    31 097,26
    +321,83 (+1,05 %)
     
  • EUR/USD

    1,0426
    -0,0057 (-0,54 %)
     
  • Gold future

    1 812,90
    +5,60 (+0,31 %)
     
  • BTC-EUR

    18 284,22
    -321,93 (-1,73 %)
     
  • CMC Crypto 200

    420,84
    +0,70 (+0,17 %)
     
  • Pétrole WTI

    108,46
    +2,70 (+2,55 %)
     
  • DAX

    12 813,03
    +29,26 (+0,23 %)
     
  • FTSE 100

    7 168,65
    -0,63 (-0,01 %)
     
  • Nasdaq

    11 127,84
    +99,11 (+0,90 %)
     
  • S&P 500

    3 825,33
    +39,95 (+1,06 %)
     
  • Nikkei 225

    25 935,62
    -457,42 (-1,73 %)
     
  • HANG SENG

    21 859,79
    -137,10 (-0,62 %)
     
  • GBP/USD

    1,2103
    -0,0072 (-0,59 %)
     

Grêle sur les cultures : Encore trop peu d’agriculteurs assurés

Sameer Al-DOUMY / AFP

Champs de céréales, vignes ou bâtiments agricoles ont été touchés par les averses de grêle ce week-end dans l’ensemble de l’Hexagone. Les sinistres sont de plus en plus fréquents et pourtant, seuls 18% des agriculteurs sont assurés contre les intempéries climatiques.

Les 40 hectares de vignes de Pierre-Vincent Piquemal, vigneron à Castelnau d’Auzan, dans le Gers, se sont transformés en un champ de désolation ce samedi 4 juin. “100% de ma production a été ”, regrette-t-il. des cultures de céréales ou des bâtiments dans plus de 40 départements. "Ça ne dure que dix minutes mais ça détruit tout sur son passage (...) ”, a déploré Christiane Lambert, présidente de la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA) sur Franceinter ce mardi 7 juin.

, sécheresse, gel ou grêle, . Et pourtant, nombre d’agriculteurs rechignent encore à s’assurer contre la perte de leurs récoltes. Seuls 18% des agriculteurs, toutes cultures confondues, ont souscrit à l’assurance-récolte . Avec de fortes disparités selon les secteurs: 33% pour les grandes cultures, 34% pour la viticulture et 3% pour l’arboriculture.

Actuellement, deux dispositifs complémentaires s’appliquent. , en vigueur depuis les années 1960 et cofinancé par l’Etat et la profession, qui peut être déclenché après un épisode climatique sévère. Il exclut toutefois des pans de l’agriculture, comme la viticulture et les grandes cultures. L’autre dispositif est l’assurance multirisques climatiques ou assurance récolte. Elle est privée mais subventionnée à 65% par la Politique agricole commune. En place depuis 2005, elle fait l’objet d’une réforme qui entrera en vigueur en 2023, comme l’a rappelé Marc Fesneau, nouveau ministre de l’Agriculture ce lundi. Objectif: accroître la part d’assurés, alors que de nombreux freins subsistent.

Une indemnisation calculée sur une moyenne problématique

Le premier est celui de la “moyenne olympique” sur laquelle les indemnités sont calculées. Elle correspond à la moyenne des cinq dernières années moins deux récoltes, la [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles