Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    8 094,97
    -7,36 (-0,09 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 035,41
    -2,19 (-0,04 %)
     
  • Dow Jones

    39 069,59
    +4,33 (+0,01 %)
     
  • EUR/USD

    1,0851
    +0,0033 (+0,30 %)
     
  • Gold future

    2 335,20
    -2,00 (-0,09 %)
     
  • Bitcoin EUR

    63 567,22
    +1 268,62 (+2,04 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 444,81
    -23,29 (-1,59 %)
     
  • Pétrole WTI

    77,73
    +0,86 (+1,12 %)
     
  • DAX

    18 693,37
    +2,05 (+0,01 %)
     
  • FTSE 100

    8 317,59
    -21,64 (-0,26 %)
     
  • Nasdaq

    16 920,79
    +184,76 (+1,10 %)
     
  • S&P 500

    5 304,72
    +36,88 (+0,70 %)
     
  • Nikkei 225

    38 646,11
    -457,11 (-1,17 %)
     
  • HANG SENG

    18 608,94
    -259,77 (-1,38 %)
     
  • GBP/USD

    1,2737
    +0,0039 (+0,31 %)
     

Les grévistes de Vertbaudet mobilisées à Paris contre « la fierté mal placée » de leur direction

VERTBAUDET - Elles sont parties tôt ce matin depuis le nord de la France pour rejoindre Paris ce mardi. Comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d’article, une quinzaine de grévistes de l’usine de Marquette-lez-Lille de l'entreprise Vertbaudet ont quitté leur piquet de grève pour marquer une nouvelle étape dans leur mobilisation.

Depuis le 20 mars, plus de 70 salariés de l’entreprise, principalement des femmes, ont cessé le travail pour demander une revalorisation salariale de 150 euros net minimum, après que la direction ne leur a proposé aucune augmentation lors des dernières négociations annuelles.

Ces femmes, principalement des préparatrices de commande de l’entreprise de puériculture, qui parcourent chaque jour près de 20 kilomètres avec leur chariot, sont souvent payées au SMIC, même après des années d’ancienneté dans l’entreprise. C’est le cas de Morgane, préparatrice de commandes depuis 20 ans, qui confirme être payée au salaire minimum, « au centime près », ou encore Sabrina, au même poste depuis 2007.

Vers la « nationalisation du conflit », promet Binet

Deux mois après le début du conflit, les négociations n’ont débuté que ce lundi, sans qu’aucune augmentation de salaire ne soit mise sur la table par la direction. Le symbole d’un « mépris de classe cumulé avec du sexisme » pour la secrétaire générale de la CGT Sophie Binet, venue soutenir les grévistes.

« Aujourd’hui, on passe à la nationalisation du conflit, leur a-t-elle lancé, devant le siège de leur actionnaire. Nous lançons un ultimatum : si d’ici vendredi soir, il n’y a pas d’accord de fin de sortie de conflit sur les trois revendications des grévistes, nous allons franchir un nouveau cap dans la mobilisation. »

PUBLICITÉ

La patronne de la CGT, accompagnée de plusieurs responsables politiques et figures féministes, a par ailleurs publié dans les colonnes du Monde une tribune de soutien aux salariés grévistes et un appel au respect du droit de grève.

La semaine passée, les salariés grévistes qui tenaient un piquet de grève sur le site de l’enseigne de puériculture Vertbaudet à Marquette-lez-Lille ont été délogés par la police. Une évacuation qui a eu lieu dans de conditions violentes selon les grévistes, qui dénoncent un « moment choquant », qui ne fait que gonfler leur volonté de poursuivre le combat. « On ne lâchera pas, je ne lâcherai pas », promet Anaïs, gréviste de la première heure, les yeux mouillés par l’émotion.

À voir également sur Le HuffPost :

Chez Vertbaudet, le sort des grévistes inquiète ces élus

Mélenchon appelle à boycotter Vertbaudet, comme le demande la CGT