Marchés français ouverture 4 h 14 min
  • Dow Jones

    30 775,43
    -253,88 (-0,82 %)
     
  • Nasdaq

    11 028,74
    -149,16 (-1,33 %)
     
  • Nikkei 225

    26 168,28
    -224,76 (-0,85 %)
     
  • EUR/USD

    1,0467
    -0,0016 (-0,16 %)
     
  • HANG SENG

    21 859,79
    -137,10 (-0,62 %)
     
  • BTC-EUR

    19 425,34
    +92,10 (+0,48 %)
     
  • CMC Crypto 200

    435,27
    +3,80 (+0,88 %)
     
  • S&P 500

    3 785,38
    -33,45 (-0,88 %)
     

Grégoire Cazcarra, le co-fondateur du controversé "Tinder de la présidentielle" rejoint le gouvernement

Maxime Mazuel

Le jeune fondateur d'Elyze, qui se décrivait jusqu'alors comme apolitique, rejoint le gouvernement comme conseiller communication numérique de la porte-parole Olivia Grégoire. De quoi remettre sur le tapis les accusations de favoritisme portées à l'encontre de l'application à sa sortie...

It's a new match! Le militant Grégoire Cazcarra jusqu'alors apartisan, qui combat l'abstentionnisme depuis son plus jeune âge, rejoint le porte-parolat du gouvernement en tant que "conseiller chargé de la Communication numérique et de la Prospective." Ce jeune étudiant en management a fondé deux associations, et créé l'application qui a agité l'élection présidentielle: Elyze.

Lancée le dimanche 2 janvier dernier puis reprise durant les élections législatives, , mais a aussi éveillé les soupçons. L'application permettait, en likant ou non des propositions des de découvrir celui avec qui vous avez le plus d’affinités. En fonction des résultats, l’application crée un classement des candidats, de celui qui s'accorderait le plus avec vos convictions, à celui dont les idées vous correspondent le moins. Le problème, au-delà de la sécurité des données et leur traitement, était le favoritisme dont aurait bénéficié Emmanuel Macron dans les résultats. Si l'utilisateur obtenait le taux d'affinité le plus élevé pour le président de la République et pour un taux identique pour un autre candidat, c'est bien Emmanuel Macron qui ressortait toujours sur la première marche du podium. Une maladresse que cette nomination surprise remet sur le devant de la scène.

Macron en tête, qu'on le veuille ou non

Des erreurs que l'équipe de l'application expliquait par l'ordre dans lequel les candidats apparaissaient dans le code de l'application. Mais comme l'indiquait Mathis Hammel, un développeur qui avait passé au crible l'appli, à Challenges: “Pour que cette application fonctionne parfaitement, il faudrait que les développeurs gardent une neutralité politique et qu’elle soit auditée pour assurer davan[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles