La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 783,41
    -135,09 (-2,28 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 348,60
    -78,54 (-2,29 %)
     
  • Dow Jones

    29 590,41
    -486,27 (-1,62 %)
     
  • EUR/USD

    0,9693
    -0,0145 (-1,47 %)
     
  • Gold future

    1 651,70
    -29,40 (-1,75 %)
     
  • BTC-EUR

    19 664,45
    -230,72 (-1,16 %)
     
  • CMC Crypto 200

    434,61
    -9,92 (-2,23 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,43
    -4,06 (-4,86 %)
     
  • DAX

    12 284,19
    -247,44 (-1,97 %)
     
  • FTSE 100

    7 018,60
    -140,92 (-1,97 %)
     
  • Nasdaq

    10 867,93
    -198,88 (-1,80 %)
     
  • S&P 500

    3 693,23
    -64,76 (-1,72 %)
     
  • Nikkei 225

    27 153,83
    -159,30 (-0,58 %)
     
  • HANG SENG

    17 933,27
    -214,68 (-1,18 %)
     
  • GBP/USD

    1,0857
    -0,0398 (-3,54 %)
     

Grèves, blocages et référés: en pleine inflation, le ton monte autour des salaires à Carrefour

BORIS HORVAT / AFP

Face à l'inflation, les syndicats de Carrefour ont été rappelés autour de la table des discussions. La direction leur a proposé une hausse des salaires de 2%. Trop faible, jugent les représentants des salariés, qui appellent déjà pour certains à des opérations de grèves et de blocages.

"C’est super tendu." Au lendemain d'une réunion mouvementée chez Carrefour autour d'une renégociation des salaires, le délégué syndical de la Sylvain Macé prévient: "Si la direction ne revient pas sur sa décision, ça va donner quelque chose d’historique." Et par "quelque chose", il parle bien d'une mobilisation d'ampleur. La rencontre de ce 15 septembre avait été impulsée par le contexte inflationniste: en raison de la forte hausse du prix de la vie (), une clause de revoyure des négociations annuelles obligatoires (NAO) avait été activée, obligeant la direction à se retrouver à nouveau autour de la table avec les syndicats. Mais à l'issue des discussions, aucun accord n'a été trouvé. La direction annonce une augmentation de 2% des salaires au 1er novembre, proposition que les syndicats refusent vivement, appelant pour certains - dont le syndicat majoritaire - à la grève.

"C'est un tollé total, un échec, tranche Cyril Boulay, délégué syndical FO du groupe. Nous, on espérait que la direction de Carrefour proposerait quelque chose de l'ordre de 4 ou 5%." Son syndicat appelle à la grève les 23 et 24 septembre. Du côté de la direction de Carrefour, on défend: "Notre proposition s'ajoute aux 5,7% accordés depuis le 1er septembre dans les hypermarchés". Le groupe cite une série d'augmentations (1,3% en février, 1,5% en juillet, 1% en novembre...) et de primes, dont une de 941 euros pour la participation et l'intéressement - en hausse de 64% sur quatre ans précise le groupe. Bref, pour le groupe, l'inflation est contenue via les différentes hausses.

Le salaire d'Alexandre Bompard pointé du doigt

"Ils ont un raisonnement technocratique, s'agace Sylvain Macé de la CFDT Carrefour. Sur le terrain, le vécu est plus brutal que ce qu'ils perçoivent. Rien que faire le plein pour aller au travail, c'est un choc. La réalité c'est que 2%, ça ne passe pas, ça ne suffira pas. Il faut revenir à la table". Car certains salariés pointent un tassement de la grille des salaires les plus b[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi