La bourse ferme dans 4 h 34 min

Grève du 5 décembre : dans le cortège parisien, des manifestants se disent prêts à tenir "jusqu'aux vacances"

Yann Thompson

Des manifestants ont affirmé, jeudi, leur volonté de prolonger la grève "jusqu'à faire plier le gouvernement". Reportage.

C'est une tache rouge au milieu d'une marée noire. Vêtu d'une chasuble FO et d'une écharpe aux couleurs de son syndicat, Gérard Brunot assiste aux premiers affrontements entre les "blacks blocks" et les forces de l'ordre, jeudi 5 décembre, à l'avant de la manifestation parisienne contre la réforme des retraites. "C'est désolant", lâche-t-il, perché sur un banc, tandis que des casseurs détruisent une vitrine à quelques mètres de lui. "On ne va encore parler que de ça aux infos."

L'homme en rouge n'est pas venu pour ce spectacle. Ce formateur à la Sécurité sociale du Val-de-Marne a rejoint le cortège pour dénoncer "une réforme qui touche tout le monde, pas seulement les régimes spéciaux". Entendant "défendre un acquis social" collectif, ce militant de 61 ans s'est mis en grève pour deux jours. "On va voir ce que donne la mobilisation et comment le gouvernement y répond ce week-end, dit-il, au milieu des détonations. Et on verra lundi pour la suite."

Un premier nuage de gaz lacrymogène approche - pas de quoi déloger Gérard Brunot de son poste d'observation. "Faire une grève en décembre, c'est plus facile qu'à une autre période de l'année, car il y a le 13e mois, poursuit-il. De toute façon, mieux vaut perdre un peu d'argent maintenant que beaucoup pendant toute sa retraite."


"On n'a rien sans sacrifices"


Tenir pendant (...)

Lire la suite sur Franceinfo

Ce contenu peut également vous intéresser :