Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    8 010,83
    -12,91 (-0,16 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 955,01
    -11,67 (-0,23 %)
     
  • Dow Jones

    37 983,24
    -475,84 (-1,24 %)
     
  • EUR/USD

    1,0646
    -0,0085 (-0,79 %)
     
  • Gold future

    2 360,20
    -12,50 (-0,53 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 797,17
    -3 077,20 (-4,67 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    85,45
    +0,43 (+0,51 %)
     
  • DAX

    17 930,32
    -24,16 (-0,13 %)
     
  • FTSE 100

    7 995,58
    +71,78 (+0,91 %)
     
  • Nasdaq

    16 175,09
    -267,10 (-1,62 %)
     
  • S&P 500

    5 123,41
    -75,65 (-1,46 %)
     
  • Nikkei 225

    39 523,55
    +80,92 (+0,21 %)
     
  • HANG SENG

    16 721,69
    -373,34 (-2,18 %)
     
  • GBP/USD

    1,2451
    -0,0104 (-0,83 %)
     

Grève du 2 avril : pourquoi les enseignants s’opposent au «tri des élèves»

Wikimedia Commons

Plusieurs syndicats dont le Snes-FSU, organisation majoritaire dans les collèges et lycées, appellent à une nouvelle journée de grève et à des manifestations mardi pour réclamer l'abandon des groupes de niveau au collège, mais aussi pour des moyens en faveur de l'école publique. Les perturbations devraient essentiellement affecter le seconde degré avec cet appel à la mobilisation lancée par le Snes-FSU, avec le SNEP-FSU (éducation physique et sportive), SUD Education, la CGT éduc’action et FNEC-FP FO. Dans le viseur des syndicats : la réforme lancée par Gabriel Attal dite du «choc des savoirs» censée rehausser le niveau des élèves français mais dont l'une des mesures phares, l'instauration de «groupes de niveau» est accusée par une très large partie de la communauté éducative d'organiser le «tri des élèves», selon le communiqué intersyndical. Des manifestations sont organisées dans de très nombreuses villes en France. À Paris, la manifestation partira des abords du jardin du Luxembourg vers 14 heures.

Outre le retrait de la réforme «du choc des savoirs», les syndicats demandent au gouvernement «une revalorisation salariale sans contreparties et des moyens pour l'école publique». «Depuis des mois, les personnels se mobilisent contre les groupes de niveau. Grèves les 1er et 6 février, actions locales, vote contre +le choc des savoirs+ en CSE (Conseil supérieur de l'éducation), réunions publiques avec les parents d’élèves, opération collèges morts… Nos organisations soutiendront toutes (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Assurance chômage : la réduction de la durée d’indemnisation incite-t-elle au retour à l’emploi ?
Attention, l’arnaque à la poubelle continue de faire des victimes
Le pétrole dopé par les attaques d’Israël en Syrie et l’industrie en Chine
Bayonne : elles se font passer pour des inspectrices de la SPA pour voler des animaux de compagnie
Seine-Saint-Denis : ils jetaient illégalement les déchets des grands restaurants et ministères