La bourse ferme dans 3 h 45 min
  • CAC 40

    6 201,74
    +36,63 (+0,59 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 967,54
    +27,08 (+0,69 %)
     
  • Dow Jones

    33 821,30
    -256,33 (-0,75 %)
     
  • EUR/USD

    1,2009
    -0,0032 (-0,26 %)
     
  • Gold future

    1 782,90
    +4,50 (+0,25 %)
     
  • BTC-EUR

    45 642,26
    -1 322,07 (-2,82 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 249,02
    +14,60 (+1,18 %)
     
  • Pétrole WTI

    61,75
    -0,92 (-1,47 %)
     
  • DAX

    15 151,71
    +22,20 (+0,15 %)
     
  • FTSE 100

    6 885,69
    +25,82 (+0,38 %)
     
  • Nasdaq

    13 786,27
    -128,50 (-0,92 %)
     
  • S&P 500

    4 134,94
    -28,32 (-0,68 %)
     
  • Nikkei 225

    28 508,55
    -591,83 (-2,03 %)
     
  • HANG SENG

    28 621,92
    -513,81 (-1,76 %)
     
  • GBP/USD

    1,3924
    -0,0013 (-0,09 %)
     

Grâce au Brexit, Gibraltar se rapproche de l'Union européenne

·2 min de lecture

REPORTAGE - Enclave "British" au sud de l'Espagne, Gibraltar se rapproche de l'Union européenne. Grâce au Brexit! De délicats pourparlers ont lieu pour qu'elle puisse bénéficier de la libre circulation dans l'UE, et que ses 15.000 travailleurs frontaliers européens puissent traverser chaque jour la frontière sans encombre.

Le thermomètre frôle les 20 degrés ce premier dimanche de printemps. La frontière entre l’andalouse La Linea et Gibraltar est quasi déserte: avec la pandémie, les touristes sont interdits. Seuls les résidents franchissent les quelques mètres qui séparent l’extrême sud-ouest de l’Union européenne du minuscule territoire ultramarin britannique. Le soldat de la Guardia civil acquiesce, son collègue gibraltarien hésite, avertit : "Rendez-vous avec des officiels? Allez-y, mais les Espagnols peuvent vous refuser le retour. Dans ce cas, nous vous mettrons à vos frais dans un avion pour Londres." A l’heure où le Royaume-Uni parachève son divorce avec Bruxelles, le est détonnant et les tensions palpables, sur ce confetti d’empire de 33.000 habitants, qui surplombe le Maroc, mais fleure bon les coutumes de sa gracieuse majesté.

Lire aussi

Plus un drapeau européen sur Main Street

Sitôt la guérite franchie, c’est une longue avenue Winston Churchill parsemée de cabines téléphoniques rouges, qui mène au centre-ville. On y entend parler anglais avec l’accent de la BBC et les restaurants –rouverts depuis le 8 mars- proposent du fish and chips. En revanche, sur la grand’ place de Casemates square ou sur Main Street, la rue principale, pas un drapeau européen. Ils ont tous disparu. "Il y a 5 ans nous avons voté à 96% contre le Brexit, pointe Brian Reyes, rédacteur en chef du Gibraltar Chronical. Le résultat du référendum nous a choqués, mais depuis, le manque d’empathie des Européens nous a désigné notre camp. Je me sens 100% britannique, comme tous ici".

Car, si le Rocher est indépendant, avec son propre parlement et gouvernement, il est soumis depuis trois siècles, pour sa défense et sa politique extérieure, à l’autorité de la Couronne. Son envoyé, le gouverneur David Steel, veille: "Je suis là pour, au nom de la Reine, protéger Gibraltar, m’assurer de son bien-être et son succès, dans le respect de nos valeurs." Une gageure en ce moment historique, où , plus Gib’, comme on la sur[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi