Publicité
Marchés français ouverture 1 h 14 min
  • Dow Jones

    38 647,10
    -65,11 (-0,17 %)
     
  • Nasdaq

    17 667,56
    +59,12 (+0,34 %)
     
  • Nikkei 225

    38 862,01
    +141,54 (+0,37 %)
     
  • EUR/USD

    1,0739
    -0,0003 (-0,03 %)
     
  • HANG SENG

    18 018,65
    -93,98 (-0,52 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 453,52
    -512,61 (-0,81 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 422,05
    +9,09 (+0,64 %)
     
  • S&P 500

    5 433,74
    +12,71 (+0,23 %)
     

Grâce aux énergies renouvelables, l'électricité est gratuite de plus en plus souvent

Le consommateur jubile, mais l'investisseur pleure. | Thomas Galler via Unsplash
Le consommateur jubile, mais l'investisseur pleure. | Thomas Galler via Unsplash

Un étrange phénomène s'est produit au cours du mois de mai sur le Vieux Continent. Les parcs solaires espagnols et les éoliennes norvégiennes ont généré tellement d'électricité que l'offre a parfois dépassé la demande, ce qui a amené le prix du marché européen de l'électricité à passer à de multiples reprises en dessous de zéro, rapporte l'agence de presse américaine Bloomberg.

«Les prix négatifs vont ralentir le déploiement de capacités renouvelables pour la plupart des acteurs, s'inquiète Axel Thiemann, directeur général du producteur international d'énergie solaire Sonnedix. Cela affecte la capacité à investir à des niveaux raisonnables.»

Ce n'est pas la première fois que le solaire et l'éolien conduisent à un prix négatif du kilowatt-heure. Mais avec l'accélération de leur développement, le phénomène est de plus en plus fréquent. En 2023, le nombre d'occurrences a été multiplié par douze (!) par rapport à l'année précédente, notamment dans les pays nordiques, selon un rapport publié en mars par l'Agence de coopération des régulateurs de l'énergie (ACER) de l'Union européenne.

PUBLICITÉ

En Allemagne, le plus gros marché européen pour l'électricité, le nombre d'heures avec des prix de l'électricité négatifs devrait doubler cette année pour atteindre environ 600 heures, selon la société d'analyse du marché de l'énergie EnAppSys. Au Royaume-Uni, ce nombre pourrait être multiplié par cinq d'ici à 2027 et dépasser les mille heures. Le reste du monde n'est pas épargné, notamment l'Australie et les États-Unis (en Californie), actuellement en plein boom du solaire.

Le serpent qui se mort la queue

«L'ironie est que la construction de parcs solaires et éoliens favorise des conditions qui peuvent décourager la construction de nouveaux parcs; c'est ce que l'on appelle la cannibalisation des prix de l'électricité, analyse Bloomberg. Les opérateurs peuvent être réticents à réaliser de…

Lire la suite sur Slate.fr