Marchés français ouverture 4 h 41 min
  • Dow Jones

    33 945,58
    +68,61 (+0,20 %)
     
  • Nasdaq

    14 253,27
    +111,79 (+0,79 %)
     
  • Nikkei 225

    28 875,54
    -8,59 (-0,03 %)
     
  • EUR/USD

    1,1927
    -0,0016 (-0,13 %)
     
  • HANG SENG

    28 501,69
    +191,93 (+0,68 %)
     
  • BTC-EUR

    28 356,54
    +838,04 (+3,05 %)
     
  • CMC Crypto 200

    807,85
    +13,52 (+1,70 %)
     
  • S&P 500

    4 246,44
    +21,65 (+0,51 %)
     

Comment le gouvernement veut venir en aide à 25.000 étudiants

·1 min de lecture

Le gouvernement va élargir à 25.000 étudiants le dispositif "Devoirs faits" leur permettant de recevoir une rémunération contre du soutien scolaire aux collégiens, révèle Le Parisien.

C'est un coup de pouce bienvenu pour les étudiants fortement impactés par la crise sanitaire. Mais qui ne bénéficiera pour l'heure qu'à 25.000 étudiants... soit moins de 1% des effectifs en France. Le coup de pouce en question? L'élargissement du aux 25.000 étudiants sélectionnés, . "Jusqu'à aujourd'hui, seuls les professeurs et les assistants d'éducation pouvaient sur la base du volontariat prétendre à une rémunération en échange d'une aide aux devoirs gratuite dédiées aux collégiens. Nous avons décidé de l'ouvrir aux étudiants", détaille la secrétaire d'Etat à l'Education prioritaire, Nathalie Elimas, citée dans les colonnes du quotidien.

Lire aussi

En bref, 25.000 étudiants pourront désormais bénéficier de ce dispositif lancé en 2017 et toucher une rémunération contre ce soutien scolaire. Sur les 25.000 étudiants identifiés, 10.000 places seront attribuées à des tuteurs d'élèves dans le cadre d'un autre dispositif gouvernemental (les Cordées de la réussite) et 15.000 à des étudiants exerçant déjà bénévolement dans des associations d'aide aux devoirs. Quant à la rémunération, Le Parisien indique qu'elle sera de 15,99 euros de l'heure (en brut donc autour de 12 euros net), moins élevée que dans certains structures privées de soutien scolaire. "Je rappelle que le smic horaire est à 10,25 euros brut de l'heure", se défend Nathalie Elimas face au quotidien. Un coup de pouce limité alors que les syndicats étudiants plaident pour des mesures d'urgence fortes pour soutenir les jeunes fragilisés par la crise.

Retrouvez cet article sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles