Publicité
Marchés français ouverture 2 h 39 min
  • Dow Jones

    37 986,40
    +211,00 (+0,56 %)
     
  • Nasdaq

    15 282,01
    -319,49 (-2,05 %)
     
  • Nikkei 225

    37 187,24
    +118,89 (+0,32 %)
     
  • EUR/USD

    1,0667
    +0,0006 (+0,05 %)
     
  • HANG SENG

    16 506,66
    +282,52 (+1,74 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 559,98
    +644,20 (+1,06 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 419,91
    +107,29 (+8,17 %)
     
  • S&P 500

    4 967,23
    -43,89 (-0,88 %)
     

Comment le gouvernement veut encore durcir les règles de l’assurance-chômage

Gabriel Attal a déjà annoncé un triplement des contrôles sur les demandeurs d'emploi d'ici à 2025.  - Credit:Abdullah Firas / Abdullah Firas/ABACA
Gabriel Attal a déjà annoncé un triplement des contrôles sur les demandeurs d'emploi d'ici à 2025. - Credit:Abdullah Firas / Abdullah Firas/ABACA

« Ce chemin vers le plein-emploi […] nous ne l'avons pas encore terminé », a prévenu vendredi 1er mars Gabriel Attal, en déplacement dans les Vosges.

Le Premier ministre, qui souhaite que le travail « paie mieux et toujours plus que l'inactivité », a assuré être prêt à prendre « des décisions difficiles » pour parvenir à cet objectif fixé par Emmanuel Macron.

Pour faire descendre le chômage sous la barre des 5 % d'ici à 2027 – alors qu'il a recommencé à augmenter passant de 7,1 % début 2023 à 7,5 % au troisième trimestre –, le gouvernement entend s'attaquer à nouveau aux règles de l'assurance-chômage.

« La réforme de l'assurance-chômage est nécessaire pour atteindre le plein-emploi », a déclaré Bruno Le Maire, le ministre de l'Économie, dans une interview accordée au Monde ce mercredi. « Si vous ne touchez pas aux dépenses sociales, vous ne pouvez pas parvenir à l'équilibre des finances », a-t-il ajouté, alors que le gouvernement a annoncé dix milliards d'euros d'économies fin février.

Depuis les Vosges, le Premier ministre a déjà annoncé un triplement des contrôles sur les demandeurs d'emploi, notamment dans les métiers en tension, d'ici à 2027. Gabriel Attal a aussi défendu la réforme du RSA qui doit permettre « d'être mieux guidé vers l'emploi » grâce à 15 à 20 heures de formation ou de stage en contrepartie de son allocation. Dans le JDD, le Premier ministre avait indiqué que la dégressivité des allocations et la réduction de la durée d'indemnisation étai [...] Lire la suite