La bourse est fermée

Le gouvernement va lancer la privatisation d’Aéroports de Paris

1 / 2

Top 100 des meilleurs aéroports du monde: Roissy-CDG à la peine

L'aéroport le plus fréquenté de France perd cinq places dans le classement annuel réalisé par Skytrax sur la base des notations des passagers. Roissy-CDG pointe désormais au 37ème rang, loin derrière ses principaux rivaux européens, Londres Heathrow et Francfort.

Le gouvernement s’apprête à lancer sa première privatisation: celle des Aéroports de Paris (ADP). Samedi aura lieu à Matignon une réunion pour finaliser la loi "Pacte" (plan d'action pour la croissance et la transformation des entreprises) présentée par le ministre de l’Economie Bruno Le Maire. Accompagné de la ministre des Transports Elisabeth Borne, le Premier ministre Edouard Philippe rendra son arbitrage final sur la privatisation d’ADP.

La loi comprendra un volet permettant à l’Etat de descendre sous le seuil de 50% du capital, ce que les textes actuels lui interdisent aujourd’hui. Aucun autre seuil de détention ne sera fixé, ce qui permettra à l’Etat de se désengager totalement. Elle sera envoyée au conseil d’Etat le vendredi 16 mars et présentée en conseil des ministres le 18 avril prochain. Son vote à l’assemblée nationale devrait intervenir à l’automne pour démarrer la privatisation fin 2018.

Les échanges entre les deux ministères de tutelles des aéroports de Roissy et d’Orly se sont multipliés ces dernières semaines. Après plusieurs mois de tergiversation et d’études de divers scénarios, la position du gouvernement s’est clarifiée. "Ils sont en train d’atterrir sur un schéma clair et simple" expliquent plusieurs sources.

Exploitation entre 70 et 90 années

Deux éléments clés ont été décidés. D’abord, l’Etat va, selon plusieurs sources proches...

Lire la suite sur BFM Business

A lire aussi