La bourse est fermée

Le gouvernement soutiendra le volailler Doux si un "projet de reprise crédible" se présente

1 / 2

Le gouvernement soutiendra le volailler Doux si un "projet de reprise crédible" se présente 

Le Premier ministre a déclaré que "l'État sera au soutien" du volailler. Doux est en négociations avec un groupe ukrainien.

Édouard Philippe a affirmé que "l'État sera au soutien" du volailler Doux, en difficulté et actuellement en négociations avec un groupe ukrainien, si "un projet de reprise crédible" se présentait. "Si nous arrivons à construire un projet de reprise crédible, commercialement, socialement, économiquement, qui permette au plus grand nombre de sites et de salariés d'être repris durablement, évidemment l'État sera au soutien", a déclaré le Premier ministre devant l'Assemblée nationale.    

"C'est l'objectif que nous avons: ne pas se payer de mots mais accompagner durablement une entreprise de façon à ce que ce projet soit crédible et que ce que nous faisons pour elle ait une portée", a-t-il insisté. Édouard Philippe répondait à une question du patron des députés LREM Richard Ferrand, élu du Finistère où le volailler a son siège. 

"Peu de marques d'intérêt ont été formulées"

"C'est tout l'Ouest de la France qui retient son souffle, toute une filière d'élevage qui craint pour son avenir", a prévenu Richard Ferrand, en évoquant le spectre d'une "liquidation pure et simple" du groupe qui compte quelque 1200 salariés. "La totalité des repreneurs susceptibles d'être intéressés ont été approchés", a affirmé Édouard Philippe.    

"Reconnaissons-le, peu de marques d'intérêt ont été formulées. Mais les discussions se poursuivent de façon intense avec les actionnaires actuels"...

Lire la suite sur BFM Business

A lire aussi