Marchés français ouverture 1 h 18 min
  • Dow Jones

    33 980,32
    -171,69 (-0,50 %)
     
  • Nasdaq

    12 938,12
    -164,43 (-1,25 %)
     
  • Nikkei 225

    28 976,00
    -246,77 (-0,84 %)
     
  • EUR/USD

    1,0180
    0,0000 (-0,00 %)
     
  • HANG SENG

    19 804,87
    -117,58 (-0,59 %)
     
  • BTC-EUR

    23 057,80
    -822,08 (-3,44 %)
     
  • CMC Crypto 200

    558,09
    -14,73 (-2,57 %)
     
  • S&P 500

    4 274,04
    -31,16 (-0,72 %)
     

Sobriété énergétique : le plan d'Emmanuel Macron face au risque de coupure du gaz russe

Bessard/Rea

L'envolée des prix de l'énergie liée notamment à la guerre en Ukraine et les tensions sur l'approvisionnement ont fragilisé le réseau électrique. Pour éviter les délestages après l'été, il faut consommer moins. C'est le mot d'ordre du gouvernement, comme l'a rappelé hier soir Emmanuel Macron lors de son allocution du 14 juillet. Et également celui des énergéticiens.

Les positions bougent vite dans le monde de l'énergie. L'an dernier, les PDG d'EDF et de TotalEnergies Jean-Bernard Lévy et Patrick Pouyanné s'envoyaient des noms d'oiseaux en public à propos du marché de l'électricité. Fin juin, ils signaient dans Le JDD aux côtés de la directrice générale d'Engie Catherine MacGregor une tribune sur "la flambée des prix de l'énergie (qui) menace notre cohésion sociale" et sur la nécessité de recourir à des mesures de sobriété énergétique.

"La meilleure énergie est celle que nous ne consommons pas, écrivent-ils. Nous appelons à une prise de conscience et à une action collective et individuelle pour que chacun d'entre nous - chaque consommateur, chaque entreprise - change ses comportements et limite immédiatement ses consommations énergétiques."

Quelle mouche les a piqués? Pourquoi appeler à consommer moins quand leur business a toujours été de vendre davantage de produits énergétiques? Et pourquoi enfourcher le cheval de bataille de la sobriété énergétique alors que comme l'a fait remarquer le commissaire européen au marché intérieur Thierry Breton, ce thème relève d'abord de la compétence des Etats?

"Les trois patrons ne veulent pas être pris à défaut en cas de black-out électrique, décrypte Mathieu Saujot, chercheur à l'Institut du Développement durable et des Relations internationales. Ils tirent la sonnette d'alarme car l'hiver prochain risque d'être compliqué." Avec des prix à terme de l'électricité complètement dingues. "Ils sont annoncés entre 700 et 1.000 euros le mégawattheure cet hiver alors qu'ils tournaient autour de 50 euros il y a quinze mois", indique François Carlier, délégué général de l'association de consommateurs CLCV.

Nucléaire en souffrance

La situation est devenue critique car l'offre d'énergie baisse alors que la demande augmente. Avec la guerre en Ukraine, les importations d'hydrocarbures russes ont chuté. Dans le même temps, le nucléaire est en souffrance. La moitié des réacteurs sont à l'arrêt suite à des [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles