La bourse est fermée
  • Dow Jones

    33 629,64
    -317,46 (-0,94 %)
     
  • Nasdaq

    11 043,45
    -196,49 (-1,75 %)
     
  • Nikkei 225

    27 885,87
    +65,47 (+0,24 %)
     
  • EUR/USD

    1,0482
    -0,0015 (-0,15 %)
     
  • HANG SENG

    19 441,18
    -77,11 (-0,40 %)
     
  • BTC-EUR

    16 199,46
    -211,57 (-1,29 %)
     
  • CMC Crypto 200

    400,09
    -1,71 (-0,43 %)
     
  • S&P 500

    3 943,93
    -54,91 (-1,37 %)
     

Comment le gouvernement pourrait "saucissonner" la réforme des retraites

POOL/AFP/Archives - Christophe PETIT TESSON

Afin de faciliter le vote de la réforme des retraites et son application rapide, le pouvoir exécutif planche sur une déclinaison en deux projets de loi. Le report de l’âge de départ à 64 ou 65 ans serait passé via un budget de la Sécu rectificatif, tandis que les mesures "positives" seraient rassemblées dans un projet de loi spécifique.

La piste est de plus en plus étudiée par le gouvernement. Après les hésitations sur le passage de la réforme des retraites dès cet automne via le projet de loi de financement de la Sécurité sociale 2023, le pouvoir exécutif envisage désormais de découpler sa réforme en deux textes législatifs. Le salé, avec le report de l’âge légal à 64 ou 65 ans éventuellement assorti d’un allongement de la durée de cotisation, serait intégré à un projet de loi de financement de la Sécurité sociale rectificatif présenté dès le mois de janvier, comme cela a déjà été évoqué par Le Canard enchaîné. Le sucré, avec l’augmentation de la retraite minimum, les mesures en faveur de l’emploi des seniors ou la meilleure prise en compte des métiers pénibles, trouverait sa place dans un projet de loi classique dévoilé également début 2023.

Lire aussiGérard Larcher, président LR du Sénat et… facilitateur de la réforme des retraites

Dans les allées du pouvoir, de nombreux arguments militent en faveur d’un tel "saucissonnage". Politiquement, d’abord. Cela permettrait de mettre en valeur les avancées sociales de la réforme en les rassemblant dans un projet de loi spécifique et ainsi d’insister auprès de la population sur ses aspects positifs. Au passage, cela gênerait le positionnement des syndicats. "Les organisations syndicales ne pourront pas rejeter totalement ce pan de la réforme, voire le soutiendront, relève un connaisseur du dossier. Et même si elles continuent de combattre parallèlement le report de l’âge de départ, cela brouillera leur message."

Délai très serré

Surtout, le fait de placer les aspects les plus impopulaires de la réforme dans un PLFSS rectificatif facilitera leur vote au Parlement. Même si le parti Les Républicains défend le report de l’âge de départ à 65 ans depuis 2017, rien ne dit que les députés LR voteront unanimement une telle mesure si elle est présentée par le gouvernement. Si les candidats à la présidence du parti, Eric Ciotti et Bruno Retailleau, ont tous deux ass[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi