La bourse est fermée
  • Dow Jones

    33 677,27
    -68,13 (-0,20 %)
     
  • Nasdaq

    13 996,10
    +146,10 (+1,05 %)
     
  • Nikkei 225

    29 751,61
    +212,88 (+0,72 %)
     
  • EUR/USD

    1,1957
    +0,0040 (+0,33 %)
     
  • HANG SENG

    28 497,25
    +43,97 (+0,15 %)
     
  • BTC-EUR

    52 774,35
    +2 086,25 (+4,12 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 351,96
    +57,97 (+4,48 %)
     
  • S&P 500

    4 141,59
    +13,60 (+0,33 %)
     

Le gouvernement français maintient sa prévision de croissance de 6% pour 2021 malgré le reconfinement

·1 min de lecture
Le ministre des Comptes publics Olivier Dussopt, à l'Assemblée nationale le 9 mars 2021

Le gouvernement maintient sa prévision d'une croissance de 6% cette année malgré le renforcement des restrictions face à l'épidémie, a indiqué vendredi le ministre des Comptes publics Olivier Dussopt sur Europe 1.

"Nous gardons la même prévision de croissance", a-t-il affirmé sur Europe 1, se disant "convaincu que le 6% est atteignable".

Dans la foulée de l'annonce d'un reconfinement pour 16 départements par le Premier ministre jeudi soir, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire avait estimé que cette décision aurait un impact de 0,2 point sur le produit intérieur brut (PIB) annuel et coûterait 1,2 milliard d'euros de plus par mois aux finances publiques, pour financer les aides aux entreprises.

"Nous avons aussi des motifs d'espoir du point de vue économique", qui pourrait compenser cet impact, a estimé vendredi Olivier Dussopt.

Il a notamment cité le niveau des recettes de TVA en janvier, qui témoigne d'une bonne tenue de la consommation des ménages, ou encore la résistance de l'investissement en fin d'année.

En début de semaine, soit avant les annonces du Premier ministre, la Banque de France avait relevé sa prévision de croissance à 5,5% pour 2021, tablant sur un maintien de restrictions durant la première moitié de l'année.

Par ailleurs, Olivier Dussopt a estimé que la vaccination représenterait une dépense comprise "entre 3 et 4 milliards d'euros" cette année. Le ministre de la Santé Olivier Véran avait lui évoqué "au moins 5 milliards" d'euros, dans un entretien aux Echos lundi.

mhc/pn/spi