La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 703,22
    -80,67 (-1,39 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 636,44
    -48,84 (-1,33 %)
     
  • Dow Jones

    31 191,80
    -210,21 (-0,67 %)
     
  • EUR/USD

    1,2093
    -0,0093 (-0,76 %)
     
  • Gold future

    1 721,50
    -53,90 (-3,04 %)
     
  • BTC-EUR

    39 845,45
    -2 526,52 (-5,96 %)
     
  • CMC Crypto 200

    966,76
    +33,62 (+3,60 %)
     
  • Pétrole WTI

    62,23
    -1,30 (-2,05 %)
     
  • DAX

    13 786,29
    -93,04 (-0,67 %)
     
  • FTSE 100

    6 483,43
    -168,53 (-2,53 %)
     
  • Nasdaq

    13 302,48
    +183,05 (+1,40 %)
     
  • S&P 500

    3 843,37
    +14,03 (+0,37 %)
     
  • Nikkei 225

    28 966,01
    -1 202,26 (-3,99 %)
     
  • HANG SENG

    28 980,21
    -1 093,96 (-3,64 %)
     
  • GBP/USD

    1,3944
    -0,0069 (-0,49 %)
     

Le gouvernement se donne au moins une semaine pour juger du couvre-feu

·3 min de lecture
LE GOUVERNEMENT SE DONNE AU MOINS UNE SEMAINE POUR JUGER DU COUVRE-FEU

PARIS (Reuters) - Le gouvernement se donne au moins une semaine supplémentaire pour déterminer si les mesures en vigueur pour contenir l'épidémie de COVID-19 en France sont suffisantes malgré la menace d'un variant du coronavirus plus contagieux, a-t-on appris jeudi auprès de Matignon.

"Pour l’instant, les mesures qui ont été prises permettent de contenir l’augmentation (des contaminations) donc c’est pour ça qu’on se laisse encore quelques jours pour regarder ce qui se passe", dit-on dans l'entourage du Premier ministre.

"Contrairement à l’Espagne ou le Portugal où le taux d’incidence dévisse totalement, la France n’est du tout encore partie dans cette dynamique."

Interrogé sur TF1, Olivier Véran, le ministre de la Santé, s'est contenté de dire que le gouvernement saurait "bientôt (...) si le couvre-feu est efficace sur le plan national".

"On souhaite lui donner sa chance de fonctionner", a-t-il ajouté. "S'il devait être efficace sur le plan national, on éviterait un confinement."

Face au caractère plus contagieux du variant détecté en Angleterre, le ministre de la Santé a déclaré que le gouvernement allait recommander de ne plus porter de masques artisanaux, ces derniers offrant moins de capacité filtrante.

Outre le couvre-feu, le gouvernement mise sur la campagne de vaccination lancée fin décembre pour gagner une course contre la montre face au variant dit anglais, dont 200 à 300 cas sont détectés par jour sur le territoire.

Olivier Véran a estimé que 1,3 à 1,4 million de personnes seraient vaccinées fin janvier en France alors que l'objectif initial était plutôt d'un million, et "probablement" 4 millions de personnes en février.

"TRÈS PEU DE CHANCES" DE SKI EN FÉVRIER

La montée en puissance devrait se poursuivre durant le printemps avec l'arrivée sur le marché de nouveaux vaccins.

Celui du laboratoire anglo-suédois AstraZeneca, très attendu par les autorités car peu coûteux et plus facilement transportable que ceux de Pfizer ou de Moderna, devrait obtenir une autorisation de mise sur le marché en Europe autour du 28 janvier, selon le ministère de la Santé.

Cette validation européenne devrait être suivie dans la foulée par un avis favorable de la Haute Autorité de santé (HAS) française, permettant de premières livraisons dans la première quinzaine du mois de février.

Olivier Véran table donc sur une vaccination de la totalité de la population française d'ici la fin du mois d'août, si les vaccins commandés sont bien validés par les autorités européennes et nationales.

Interrogé sur les stations de sports d'hiver, le ministre a déclaré qu'il y avait "très peu de chances" qu'elles puissent accueillir des skieurs en février.

Les établissements culturels et sportifs, les restaurants et les bars, ne devraient pas non plus rouvrir leurs portes à court terme, précise-t-on dans l'entourage du Premier ministre.

Olivier Véran a néanmoins écarté le scénario d'une fermeture des écoles, à moins d'une dégradation alarmante de la situation.

"L’éducation de nos enfants est absolument cruciale", a-t-il dit. "Fermer les écoles, c’est une mesure qui est prise lorsqu’il y a des craintes sur le non-respect d’un protocole sanitaire, or nous en avons un et il est efficace. Et c’est lorsque nous observons des flambées épidémiques en lien avec les écoles, ce que nous n’observons pas dans notre pays."

La France a enregistré jeudi 22.848 nouvelles contaminations par le coronavirus et 346 décès supplémentaires en 24 heures dans les hôpitaux, selon les autorités sanitaires, portant le bilan de l'épidémie à 71.998 morts.

Quelque 823.567 personnes avaient reçu jeudi une première dose de vaccin, a précisé la direction générale de la santé, soit 130.790 de plus en 24 heures.

(Caroline Pailliez, Nicolas Delame et Bertrand Boucey)