La bourse est fermée
  • Dow Jones

    30 395,02
    +78,70 (+0,26 %)
     
  • Nasdaq

    11 175,31
    -1,10 (-0,01 %)
     
  • Nikkei 225

    27 120,53
    +128,32 (+0,48 %)
     
  • EUR/USD

    0,9895
    -0,0091 (-0,91 %)
     
  • HANG SENG

    18 087,97
    +1 008,46 (+5,90 %)
     
  • BTC-EUR

    20 456,59
    -31,25 (-0,15 %)
     
  • CMC Crypto 200

    458,48
    +0,07 (+0,02 %)
     
  • S&P 500

    3 797,59
    +6,66 (+0,18 %)
     

Le gourou du social Pierre Ferracci demande aux patrons d'augmenter les salaires

Bruno Delessard pour Challenges

INTERVIEW - Pierre Ferracci, patron du groupe Alpha, expert des questions sociales et fin connaisseur des syndicats, lance un avertissement aux patrons, réunis aujourd'hui à la Rencontre des entrepreneurs de France (la REF), l'université d'été du Medef: s'ils ne négocient pas très vite des hausses de salaires, afin de compenser l'inflation galopante, ils risquent de connaître de nombreux conflits et dérapages dans les entreprises.

Challenges - Face au niveau historique de l’inflation, doit-on s’attendre à de nombreux conflits dans les entreprises ces prochaines semaines?

Pierre Ferracci - Nous allons toucher un sommet avec . Il est normal qu’il y ait des tensions salariales dans les entreprises. Mais il est difficile de prévoir si la conflictualité, sur laquelle on manque d’indicateurs, va s’aggraver. Une chose est sûre: les organisations syndicales vont porter le débat et exercer une pression sur le patronat. En fait, la réaction des salariés va dépendre de l’habileté du gouvernement sur les mesures visant à compenser la perte de pouvoir d’achat et surtout de la réaction des chefs d’entreprises, qui doivent apporter une réponse à cette accélération de l’inflation.

Comment les patrons doivent-ils réagir?

En discutant et en négociant au plus vite sur les salaires. La vertu de la négociation et de la recherche du compromis s’impose encore plus dans cette période. Les chefs d’entreprises ne doivent pas fuir le débat et ouvrir sans tarder une deuxième négociation annuelle obligatoire sur les salaires (NAO). Lorsqu’ils le peuvent, ils doivent compenser la hausse des prix. Et dans certains secteurs, comme le luxe, ils peuvent faire un effort significatif car ils affichent une activité dynamique et une forte rentabilité. Dans d’autres, c’est plus difficile. Mais tout doit être mis sur la table pour trouver le moyen de compenser le plus possible l’envolée des prix, par des augmentations générales ou des primes. Il faut se saisir du problème de façon intelligente et ne pas attendre de nouvelles aides de la part du gouvernement. Sinon, les entreprises connaîtront des conflits et des dérapages.

Beaucoup d’entreprises, notamment dans l’automobile, sont engagées dans une coûteuse transition écologique. Les salariés ne risquent-ils pas d’être oubliés?

C’est le risque car cette transition écologique va coûter effectivement très cher. Sur ce sujet, il faut de la visibilité pour les salariés. Cette discu[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi