La bourse ferme dans 1 h 53 min
  • CAC 40

    6 735,95
    -18,02 (-0,27 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 970,36
    -14,14 (-0,35 %)
     
  • Dow Jones

    34 193,61
    -201,40 (-0,59 %)
     
  • EUR/USD

    1,0491
    -0,0038 (-0,36 %)
     
  • Gold future

    1 799,10
    -16,10 (-0,89 %)
     
  • BTC-EUR

    16 141,87
    -249,36 (-1,52 %)
     
  • CMC Crypto 200

    401,62
    +0,20 (+0,05 %)
     
  • Pétrole WTI

    81,46
    +0,24 (+0,30 %)
     
  • DAX

    14 557,45
    +67,15 (+0,46 %)
     
  • FTSE 100

    7 540,12
    -18,37 (-0,24 %)
     
  • Nasdaq

    11 482,45
    +14,45 (+0,13 %)
     
  • S&P 500

    4 041,23
    -35,34 (-0,87 %)
     
  • Nikkei 225

    27 777,90
    -448,18 (-1,59 %)
     
  • HANG SENG

    18 675,35
    -61,09 (-0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,2222
    -0,0034 (-0,28 %)
     

Google, Twitter... Pourquoi les GAFA ont une peur bleue de la France

Kevin Dietsch/Afp

Dans le sillage des enquêtes menées par les régulateurs français, les recours contre les géants de la tech américaine se sont multipliés en Europe.

Les avocats de Google peuvent renfiler leur robe. A peine la dernière sanction a-t-elle été prononcée en France l'an dernier par l'Autorité de la concurrence (ADLC), qu'une nouvelle plainte a été déposée contre les pratiques publicitaires du groupe de Mountain View. Le 14 septembre, le cabinet d'avocats belge Geradin Partners a annoncé qu'une action collective serait engagée dans les prochaines semaines aux Pays-Bas et au Royaume-Uni. En s'appuyant sur une décision de l'antitrust français, les éditeurs européens et britanniques accusent Google d'avoir abusé de sa position sur le marché et favorisé son propre service d'annonces, Ad Manager. Ils lui réclament 25 milliards de dollars d'indemnisation.

"Notre demande de dommages et intérêts s'appuie largement sur les faits constatés par l'Autorité de la concurrence française, à savoir que Google a violé les règles au détriment des éditeurs français", explique maître Damien Geradin. En juin 2021, l'ADLC avait condamné Google à 220 millions d'euros d'amende. Une transaction négociée par le groupe, qui s'engageait à modifier ses pratiques et à ouvrir sa plateforme d'enchères aux outils informatiques des éditeurs. L'Autorité créait ainsi une forte incitation pour les acteurs du secteur.

Décisions contraignantes

Alors que les recours contre les géants de la tech américaine se multiplient en Europe, la question brûle toutes les lèvres. Et si les régulateurs français avaient réussi à "terrifier" les Gafa? Le 14 septembre, le lanceur d'alerte , ancien salarié de Twitter, stupéfiait les sénateurs américains par cette révélation: "Twitter est terrifié par la Cnil, bien plus que par la FTC."Les pénalités infligées par la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) seraient, dit-il, plus contraignantes que les décisions de la Federal Trade Commission (FTC).

Surprenant quand on compare l'imposant budget de 376 millions de dollars de l'agence américaine et les moyens limités côté français: 24 millions d'euros pour la[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi