Marchés français ouverture 5 h 1 min
  • Dow Jones

    34 137,31
    +316,01 (+0,93 %)
     
  • Nasdaq

    13 950,22
    +163,95 (+1,19 %)
     
  • Nikkei 225

    28 994,82
    +486,27 (+1,71 %)
     
  • EUR/USD

    1,2045
    +0,0006 (+0,05 %)
     
  • HANG SENG

    28 754,72
    +132,80 (+0,46 %)
     
  • BTC-EUR

    45 041,32
    -1 586,39 (-3,40 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 253,97
    -8,99 (-0,71 %)
     
  • S&P 500

    4 173,42
    +38,48 (+0,93 %)
     

Google serait beaucoup plus curieux qu’Apple avec vos données personnelles

Edward Back, Journaliste hi-tech
·2 min de lecture

Nos smartphones nous espionnent en permanence, envoyant de nombreuses informations aux serveurs de Google ou d’Apple. Toutefois, une nouvelle étude publiée par le Trinity College de Dublin a analysé en détail les données transmises par les systèmes d’exploitation mobiles iOS et Android. Selon celle-ci, le volume total collecté sur un appareil Android serait multiplié par 20 comparé à un iPhone.

Les deux systèmes contactent les serveurs de Google ou d’Apple en moyenne toutes les 4,5 minutes, même lorsque l’appareil est en veille. Ils communiquent diverses informations d’identification de l’appareil comme l’IMEI, le numéro de série de la carte SIM et de l’appareil, ou encore le numéro de téléphone. Apple iOS et Google Android envoient également tous les deux des données de télémétrie, même si l’utilisateur a explicitement désactivé toutes les options possibles.

Plus de types de données collectées chez Apple

Un smartphone Google Pixel envoie un mégaoctet de données au démarrage, puis une quantité totale similaire sur une période de 12 heures. L’iPhone transmet 42 kilooctets au démarrage puis 52 kilooctets sur une demi-journée. La collecte de données n’est pas limitée au système, et inclut de nombreuses applications préinstallées, même si elles n’ont jamais été ouvertes. L’article cite Siri, Safari et iCloud sur iOS et YouTube, Chrome, Google Docs, Safetyhub, Messages de Google, l’horloge et la barre de recherche Google sur Android.

Toutefois, si Android collecte un volume de données bien supérieur à iOS, ce dernier envoie plus de types d’informations. L’iPhone scanne notamment l’adresse MAC de tous les appareils à proximité, y compris d’autres smartphones, et le transmet à Apple accompagné d’une géolocalisation, sans qu’il soit possible de s’y opposer. Sans surprise, Google se défend de cette étude, indiquant des failles dans la méthodologie, et que les données servent à s’assurer que l’appareil est à jour et fonctionne correctement. Apple a également été critique,...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura