Marchés français ouverture 5 h 7 min
  • Dow Jones

    30 814,26
    -177,24 (-0,57 %)
     
  • Nasdaq

    12 998,50
    -114,10 (-0,87 %)
     
  • Nikkei 225

    28 603,85
    +361,64 (+1,28 %)
     
  • EUR/USD

    1,2099
    +0,0016 (+0,13 %)
     
  • HANG SENG

    29 501,73
    +638,96 (+2,21 %)
     
  • BTC-EUR

    30 355,42
    -229,79 (-0,75 %)
     
  • CMC Crypto 200

    720,74
    -14,40 (-1,96 %)
     
  • S&P 500

    3 768,25
    -27,29 (-0,72 %)
     

Google prive Donald Trump de sa chaîne YouTube, une vidéo pourrait inciter à la violence

·2 min de lecture

Après Twitter et Facebook, c'est au tour de Youtube (propriété de Google, groupe Alphabet, l'un des 4 GAFA) de mettre des bâtons dans les roues de Donald Trump. YouTube a suspendu pour "au moins sept jours" la chaîne du président en fin de mandat et en a supprimé une vidéo. "Compte tenu des inquiétudes à propos de l'actuel risque de violence, nous avons supprimé le nouveau contenu mis en ligne sur la chaîne de Donald J. Trump pour violation de nos politiques", explique le site de vidéos dans un communiqué. La page d'accueil de la chaîne Trump présentait une vidéo datant d'un mois du chef de l'Etat qui mettait en doute le processus de l'élection présidentielle de novembre et avait enregistré quelque 5,8 millions de vues.

La chaîne du président américain, qui comptait 2,77 millions d'abonnés, est désormais "suspendue de tout nouveau téléchargement de contenu pour au moins sept jours", a ajouté YouTube. La plate-forme de partage de vidéos a également déclaré qu'elle "désactiverait indéfiniment les commentaires" sur la chaîne Trump pour des raisons de sécurité. Mardi, une coalition d'ONG avait demandé à YouTube de supprimer cette chaîne et menacé la plateforme de boycott publicitaire si elle ne s'exécutait pas.

>> A lire aussi - Facebook et Twitter verrouillent les comptes de Donald Trump après la prise d'assaut du Congrès

La semaine dernière, Facebook a suspendu les comptes Facebook et Instagram de Donald Trump à la suite de la violente invasion du Capitole américain par une foule de ses partisans, qui a provisoirement perturbé la certification de la victoire électorale du démocrate Joe Biden. Le patron de Facebook, Mark Zuckerberg, a affirmé que le président américain avait utilisé la plateforme pour inciter à la violence, et qu'il pourrait continuer à le faire. Twitter est allé plus loin en supprimant le compte du milliardaire républicain, le privant de sa plateforme préférée. Précédemment, le réseau social des gazouillis marquait assortissait déjà d'avertissements ses (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Bouygues : Colas remporte un méga-contrat au Canada pour une ligne de métro
Total et Engie s’allient pour un méga-projet de production d'hydrogène
Carrefour rappelle des paquets de riz contenant potentiellement une toxine
Les commandes de Boeing s'effondrent en 2020
Un ancien d’Ikea va prendre la tête de Conforama France